Jugeote

Quand Dätcha Mandala rencontre Styl’ Iris ça donne un rêve et un ovni de plus

Dans notre premier article, nous vous parlions de nos OVNIS préférés… 3 p’tits gars qui souvenez- vous devaient prendre leur envol… les DATCHA MANDALA !

Aujourd’hui, nous avons le privilège de vous présenter ceux qui sont à l’origine de leur premier clip officiel, Human free, extrait de l’album du même nom. Rencontre avec un couple haut en couleur STYL IRIS !!

STYL IRIS bonjour, qui êtes vous ?? 

On est des êtres humains, du moins nous aimons à le croire… lol

Moi je suis Jenny photographe et vidéaste et lui c’est Bran vidéaste, il m’accompagne dans l’aventure Styl’Iris. Tous deux nous sommes passionnés d’images, de films et nous aimons raconter des histoires en les mettant en scènes pour les porter sur écrans. Nous essayons de développer cet aspect de nos personnalités sur chacune de nos créations. Bran a un coté très « noir » dans ses histoires, moi j’aime tout autant, mais j’aime aussi les choses plus gaies, nous sommes complémentaires sur l’écriture et sur la mise en scène.

St’yl’Iris est une composition de nos deux personnalités, nous faisons nous même le montage, les effets spéciaux, la post production. Bran est touche-à-tout il m’aide beaucoup dans toutes les créations que j’entreprends, je lui demande très souvent son avis même sur mes photos, il a un regard critique de composition de l’image et une lecture grammaticale de l’image qui me correspond, même si nous ne sommes pas toujours d’accord sur tous les sujets, nous arrivons à tirer le meilleur de nous afin de transmettre nos émotions en images.

Vous avez réalisé le nouveau clip des DATCHA MANDALA, on en a vu quelques photos en terme de « teasing » sur FACEBOOK quelle ambiance !!

Oui ! Sandra Basso a couvert le dernier jour de tournage, cela a permis d’avoir des photos de cette superbe journée. Mais vous n’avez pas vu le trailer ? Il retransmet bien le climat du tournage. Nous nous sommes beaucoup amusés à le faire façon « blockbuster » c’est un genre « m’as-tu vu » tout l’inverse des Dätcha Mandala !

Nous suivons les Dätcha Mandala depuis quelques années, cela nous a permis de mieux appréhender leur humeur, leur enthousiasme, leur énergie et bien sûr leur talent. C’est tous ces ingrédients que nous voulions mettre dans le clip, ce qui fait de Dätcha qu’ils sont eux. Nous espérons avoir réussi à transmettre leur personnalité en images et au plus juste, j’espère que cela vous plaira de les retrouver dans leur propre rôle !

et quel lieu avez-vous choisi ???

Nous avons tourné le clip dans le parc du Rocher de Palmer à Cenon et nous avons fait une excursion au Château Dragon pour les scènes du réveil.

Pourquoi ce choix  ? 

A l’origine, le choix du lieu que nous avions fait c’est la Dune du Pyla. Mais le hic était de taille, tout d’abord le droit à l’image, les demandes d’autorisation de tournage qui pouvaient prendre beaucoup trop de temps à obtenir et hors de question pour nous de tomber dans la facilité de l’illégalité ! Puis la contrainte du matériel à transporter tout en haut, à deux cela n’aurait pas été une mince affaire… Alors la solution de repli a été une étude de terrain correspondant à notre script, voilà pourquoi ce choix.

Qui est à l’origine du scénario ?

Il a été écrit par moi sur une idée de Bran, il ne voulait pas s’en charger ayant peur de laisser aller son penchant vers le coté obscur de la force (rire). Plus sérieusement il les suit depuis pas mal de temps et avait la crainte de n’être pas assez objectif dans l’écriture ou pire tomber dans une sorte de facilité qui nous aurait plombée le scénario. Alors il m’a soumis son idée des poudres de couleurs liées à la fête Holi (Inde), il trouvait que cela correspondait bien à l’image des Dätcha Mandala.

Quel était l’état d’esprit des 3 trublions ???

Ils étaient là pour s’amuser et je pense qu’ils se sont vraiment éclatés à le faire. Pour leur première expérience de clip je crois qu’ils en garderont longtemps le souvenir. Ce qui est amusant en fait c’est qu’ils sont très attentifs à ce qu’il se passait lors du tournage ; ils avaient l’air d’être ailleurs mais en fait, ils gardaient un œil en permanence sur l’avancement des travaux. Et bien sûr toujours avec leur bonne humeur communicative.

Human free, pourquoi ce titre en particulier ?

Nous avions fait la captation vidéo du concert au Bootleg à l’occasion de la release de leur nouvel EP en 2014.

Les Dätcha Mandala avaient fait le show dans tous les sens du terme, des invités en grand nombre sur scène, des titres inédits et des danseuses ! Et devinez sur quel titre elles étaient présentes ? C’est le premier motif, puis le second plus subjectif est que nous aimions beaucoup ce titre, si bien que les images nous venaient naturellement en tête dès que nous l’écoutions ..

Avez-vous rencontré des difficultés durant le tournage ?

“Viens en Gironde, tu verras il fait toujours beau, les hivers c’est pas des hivers, pis il pleut quasi jamais !”, c’est ce que quelqu’un avait dit à Bran lorsqu’il était en région Rhône Alpes quelques années plus tôt…

C’est cette phrase qu’il ruminait lors du tournage, nous n’avons pas été gâtés par la météo, il a plu comme vache qui pisse pendant tout l’été dernier, heureusement que nous avons eu quelques belles éclaircies sur le tournage car toutes les scènes étaient en extérieur !

Ça vous a pris combien de jours ?

Cinq jours de tournages de manière relativement intenses pour nous : trajet, puis mise en place du matériel et des décors très tôt le matin. En matinée, briefing avec les danseurs et danseuses sur les scènes, les chorégraphies, les costumes et les maquillages puis silence on tourne ! L’ arrivée des Dätcha Mandala était vers 11h30-midi pour prendre le repas tous ensemble puis de nouveau, tournage de toute la troupe jusqu’à la tombée du jour. Sans compter le rangement…bref, Bran et moi avons mis quelques jours à nous remettre de ce traitement de choc.

Vous avez pris des figurants ?

Oui bien sûr, 3 danseuses et 3 danseurs ont accepté de jouer les figurants bénévolement, franchement c’était énorme et nous leur en sommes reconnaissants. Puis enfin, je ne veux pas spoiler, mais nous avons eu un public d’une cinquantaine de personnes pour une séquence avec de la poudre de couleur. D’ailleurs, Valy D. nous a fait la surprise de venir comme figurante ! Elle a pu faire des photos également qui permettent de montrer à quel point les gens étaient tous ravis d’être présents. Merci à eux tous car ils ont joué le jeu à refaire les scènes et à m’entendre hurler par dessus la musique de Human Free pour les remettre dans l’ambiance et lancer dans les temps tous ensemble la poudre.

Comment les avez-vous recrutés ?

Les danseuses, dès la fin du concert au Bootleg. Par contre, nous avons eu d’énormes difficultés pour trouver des danseurs bénévoles dans le milieu hip hop. Heureusement, Nico a rencontré par hasard dans Bordeaux, des danseurs qui faisaient une démonstration de leur immense talent. Il leur a parlé du projet pour lequel ils étaient partants, voilà, la suite est en image ! Pour le public cela a été plus simple, les Dätcha Mandala ont mis en ligne l’évènement sur Facebook.

Vous avez des projets à venir ?

Oui plein ! Notamment la domination du monde, nous rouler nus dans la rosée du matin, aspirer au bonheur, communier avec dame nature et plus sérieusement l’aboutissement d’un partenariat avec l’Accordeur une superbe salle de concert à Saint Denis de Pile. Puis un clip que nous aimerions tourner pour les Thousand Ravens, la préparation d’un moyen métrage, écritures de projets divers et variés puis d’autres choses plus « alimentaires », bref je ne chôme pas et les nuits deviennent de plus en plus courtes…

 

error1904

I Blog You

Isabelle Camus (comme Albert) née un 13 juillet (comme Simone Veil). Blogueuse en série éclectique, obsédée textuelle assumée, vélo reporter rébiolutionnaire, à la pointe de mon stylo, je me plie en quatre pour te faire découvrir Bordeaux (mais pas que) en mode Culture, Écologie, Vie de quartier, Cause des Femmes et Bien-être animal
Pour en savoir davantage sur qui je suis, mes kiffs et mes coups de griffes, c’est par ici ☛…

error

Alors, on est pas bien ensemble ? Allez ! Clique et follow me !