Jugeote

Ressusciter Mariska Veres | nouvelle sonore 05

En attendant de payer mes articles à la caisse du supermarché en bas de chez moi, un mec m’a accosté pour me dire :

-« J’peux passer devant toi, j’ai des trucs urgents à faire ? » Je l’ai regardé, des cheveux, en descendant doucement sur son front, jusqu’à sa bouffe liquide qu’il tenait entre ses bras, je lui ai répondu que je n’avais pas grand chose, et que ça allait aller vite . C’était une façon polie pour éviter de lui répondre : – Mec, me casse pas les couilles avec tes justifications à deux balles, t’attends sagement que tout ces gens dont je fais partie qui ont bossé toute la journée tapotent tous leur code carte bleue sur ces petites gommes numérotées, et tu pourras faire tes trucs urgents comme celui de dégoupiller ta canette de bière et d’exploser tes espoirs au grand air.  Le mec m’a répondu que ça faisait du bien de tomber sur des gens gentils, visiblement j’étais le gens gentil. Je ne sais pas, probablement ma tête ronde accrochée à ma bonhomie rentrée de force dans mon manteau côtelé noir, qui pouvaient me donner l’aspect d’un bonhomme des neiges, noir, posé là, à observer le tapis roulant, rouler.

Puis, le mec m’a parlé de la fin du monde en me disant; – C’est le dernier siècle existant, après, il n’y en aura plus d’autres. J’examinais la part de risque de ce nouveau questionnement qui flottait autour de moi. J’évaluais mal ce qui pouvait bien se passer dans les mille prochaines années. Le mec était très attentif à son propre discourt tout autant à la pauvre formulation que je pouvais faire de mes réponses. J’ai déjà beaucoup de mal à rendre une réponse intelligible et courte en ce qui concerne notre temps actuel, alors un voyage de cet ordre, 1000 ans plus tard mériterait sans doute que je me joigne à lui, et qu’à l’unisson, nous hurlions; un peu à la façon de cette scène de début de Pulp Fiction; 

-« Dépêchez-vous de faire vos courses bande d’enfoirés, ce mec là et moi avons un raisonnement compliqué à tenir, là, à proximité de ce tapis roulant, ça peut prendre la soirée, ça peut prendre la semaine, voire le mois, dégagez tous, il y a un Huit à Huit sur la 57ème rue ! » Oui, je dis 57ème rue pour faire un effet de style américain, mais je pourrais aussi très bien rester très local. – «Dépêchez-vous de faire vos courses bande d’enfoirés, ce mec là et moi avons un raisonnement compliqué à tenir, là, à proximité de ce tapis roulant, ça peut prendre la soirée, la semaine, voire le mois, dégagez tous, il y a un Huit à Huit un peu plus loin vers la Victoire. » Le mec m’a ensuite parlé d’armes redoutables et super miniaturisées qui venaient d’être inventées par je ne sais quelle organisation. Le mec me dit, ces armes valent très cher, à tel point que personne ne peut les acheter.

Sur le tapis roulant, des produits de première nécessité pour mon repas du soir passaient au travers du rayon optique. J’ai réglé en liquide, j’ai souhaité une  bonne soirée au mec qui visiblement avait oublié entre temps qu’il était pressé. Une fois rentré chez moi, j’ai terminé ce bouquin de William Kotzwinkle’s, Fan Man, véritable bombe littéraire sous acide. J’ai gardé depuis le stigmate, «Mec», que le personnage principal emploie toutes les trois lignes depuis le début, jusqu’à la fin du bouquin. Ça donne comme ça, un rapprochement familier mec, entre ce type qui est dans le livre et nous qui sommes autour, un peu comme si nous avions vu débarquer chez nous un pote pas vu depuis longtemps qui se serait rapatrié seul mec, sans l’aide d’aucun organisme de secours, chez nous, après une escapade Beat de dix ans sur un continent lointain.

Cette journée de vendredi avait commencé bizarrement mec, une stagiaire devait pointer son regard torve à 10h30 pour une période déterminée de quinze jours, on ne l’a jamais vue mec. A midi, on s’est dit, elle va se pointer à 14h, à 14h on s’est dit, elle va téléphoner pour dire qu’elle s’est pointée à l’ancienne adresse et qu’elle ne va pas tarder à arriver. A 17h mec, on s’est dit, elle ne téléphonera plus, elle a du paumer son téléphone et notre numéro avec, à 18h30 on s’est dit, elle va rappliquer lundi, tout ça est un problème de dialogue qui a subi des déconnections modernes mec. Aujourd’hui, lundi on se dit, on ne la verra plus jamais et on s’en branle mec. Notre initiation à la création et aux outils PAO est depuis longtemps avalée, digérée, recrachée mille fois sous forme de trucs contemporains plus ou moins infâmes, intéressants, extraordinaires.

Samedi, je suis descendu dans la rue mec, à la recherche d’un manteau en solde pour remplacer le mien mec. Dans le premier magasin j’ai trouvé des tas de textiles excavés mec, s’accumulant à l’entrée de chaque rayonnage. Autour, d’autres étalages étaient reconstruits rapidement en piles informes entre deux assauts sauvages. Moi, pendant ce temps là mec, je me suis replacé vers la sortie. Peut-être aurait il mieux valu suivre le panneau « Exit » qui m’aurait recraché à l’opposé du magasin dans une rue tranquille. Quelques heures plus tard mec, j’ai à nouveau atterri chez moi, sans manteau soldé mais avec mieux que cela mec, At Home, l’album des Shocking Blue sorti d’un fumoir néerlandais de 1969. Écouter The Shocking Blue, là, plusieurs fois un week-end entier quarante cinq ans plus tard, c’est un peu comme ressusciter Mariska Veres et la laisser marcher le regard sombre…dans mon salon.

Stephan Pluchet / SHORTNOTES 2015 / https://www.pinterest.com/THESHORTNOTES/

“-« Dépêchez-vous de faire vos courses bande d’enfoirés, ce mec là et moi avons un raisonnement compliqué à tenir, là, à proximité de ce tapis roulant, ça peut prendre la soirée, ça peut prendre la semaine, voire le mois, dégagez tous, il y a un Huit à Huit sur la 57ème rue !”

error1904

I Blog You

Isabelle Camus (comme Albert) née un 13 juillet (comme Simone Veil). Blogueuse en série éclectique, obsédée textuelle assumée, vélo reporter rébiolutionnaire, à la pointe de mon stylo, je me plie en quatre pour te faire découvrir Bordeaux (mais pas que) en mode Culture, Écologie, Vie de quartier, Cause des Femmes et Bien-être animal
Pour en savoir davantage sur qui je suis, mes kiffs et mes coups de griffes, c’est par ici ☛…

La Référence BIO, mon autre site pro super bien, parce que…

La référence bio l'autre site de Serial blogueuse
error

Alors, on est pas bien ensemble ? Allez ! Clique et follow me !