Peter Harper - guitare tenor - musique - bordeaux - nouvelle aquitaine - serial blogueuse - Valy D photography
Jugeote

Peter Harper, SO, comme Sud Ouest, nice to meet you !

A l’occasion de son passage, le 3 juin dernier, pour un concert à l’Accordeur, la salle de St Denis de Pile, Jugeote est partie à la rencontre de Peter Harper.

Car c’est bien dans notre beau Sud-Ouest, devant 150 personnes, que Peter Harper, accompagné de Franck Foucher, est venu nous présenter son nouveau projet artistique sa « guitare ténor » à la main. Kezako ? Et bien c’est une guitare à 4 cordes (si si ça existe !!).

Les guitares, justement, c’est au milieu d’elles et des banjos du Folk Music Center Museum & Store, fondé par leurs grands-parents maternels en Californie à la fin des années 50, que les frères Harper ont grandi.

Bien sûr, tout le monde connaît Ben, l’aîné, toujours modeste malgré son statut de star internationale.
Le jeune Peter ayant avant tout choisi la sculpture pour exprimer sa créativité, mais sans jamais tourner le dos à son amour de la musique. Il se produit d’ailleurs régulièrement, en solo ou en groupe, et  quand à son actu, il est en train de finaliser un deuxième album.

Il a bien voulu se prêter au jeu des questions/réponses avec nous.

Avez vous collaboré ou avez-vous envie de collaborer avec votre frère Ben ? (Have you already collaborated with your brother Ben or do you feel like playing music/singing together?)

Nous n’avons pas collaboré de manière formelle. Nous avons grandi dans un magasin de musique entourés d’instruments en tout genre, donc les collaborations informelles arrivent de manière spontanée tout le temps. En ce moment je suis plutôt concentré sur le fait de « sculpter » mon chemin, Ben sculpte le sien, ma mère le sien et mon autre frère fait de même. Tout le monde dans la famille est très impliqué dans ses projets respectifs en ce moment, mais avec un peu de chance, dans l’avenir proche, quand on aura ce que je pourrais appeler en quelque sorte du « temps de travail libre», on pourra créer quelque chose ensemble, je pense que le résultat sera incroyablement beau.

Est il finalement plus facile ou plus difficile de porter un nom comme le vôtre ? (In the end, is it easier or  more difficult to have your family name ? )

Cela ne fait aucune différence d’une manière ou d’une autre. Ce que quiconque de ma famille réalise, que ce soit mes frères, ma mère, mon père, mes grand-parents, mes tantes, mes oncles, ce qu’ils font dans leurs vies ne détermine pas ce que je fais dans la mienne.
Je prends mes décisions et j’avance dans ma vie en me basant uniquement sur les choses que j’aime et pour lesquelles j’éprouve une passion. Si mon nom était Peter Smith, je ferais exactement ce que je suis en train de faire maintenant. Ce n’est pas le nom en lui même qui crée l’action. C’est la nécessité de l’action qui, il se trouve, est lié au nom de famille. Parce que je viens d’une famille dont les membres croient en la promotion d’une vie meilleure pour tous, un monde plus paisible pour tous. C’est un trait de famille. Je fais les choses que je sais devoir faire pour moi-même, et pour le monde dans lequel je vis, et je ferais ces mêmes choses peu importe mon nom de famille.
Si vous demandez si le fait d’avoir Ben Harper, Joel Harper ou Ellen Harper comme famille, si c’est une bonne chose ou une mauvaise chose… c’est une chose spectaculaire ! J’adore ma famille, ce sont des personnes incroyables, chaleureux, gentils, remplis d’amour et qui sont toujours dans le soutien aux autres. Mais cela n’a pas de rapport avec ce que je fais dans ma vie en ce moment, cela n’a pas de rapport direct.
Le côté acoustique de vos concerts est-il volontaire ? Cela vous permet-il d’avoir une approche plus intimiste avec votre  musique, votre public ? (In your gigs, do you go unplugged on purpose? Do you do this to create a more intimate contact with your music and your audience ?)
Chaque concert crée un sentiment différent, donc j’essaye juste de ressentir ce qui se passe sur le moment et de créer une expérience qui semble correspondre au sentiment du moment. Ce n’est pas quelque chose qu’on peut mettre dans une grille, qu’on prévoit à l’avance, comme un format que l’on reproduit. Certains concerts nécessitent une atmosphère calme et douce, un côté unplugged. Et d’autres ont besoin d’autre chose. Je ne prévois rien, je vois sur le moment, je regarde, j’écoute, je ressens l’ambiance et le public et j’improvise en fonction.
 Que pensez vous des évènements survenus depuis 2 ans en France ? (What do you think about the  events which took place in France these last 2 years?)
Ce qui s’est passé ces derniers temps en France et partout dans le monde est absolument terrible. Je ne sais pas comment n’importe quel parent au monde aujourd’hui peut s’endormir sachant qu’il y a autant de violence dans le monde et se dire que les choses vont bien. Je comprends que ce sont des circonstances très compliquées, mais je pense et j’espère que nous voulons tous la même chose de la vie : la paix, la liberté, on veut pouvoir aimer et être aimé, on veut pouvoir se nourrir, et nourrir sa famille, on veut un toit au dessus de nos têtes… J’espère que nous voulons tous ces choses et puis à la fin j’espérerais qu’on puisse réussir à obtenir toutes ces choses sans s’entretuer pour y arriver.
Tout ça me rend très triste de témoigner et de devoir supporter ce qui se passe, chez moi aux Etats Unis, ici dans votre pays, partout dans le monde, car certains pays doivent affronter ces horreurs au quotidien.
Maintenant est le moment… Je ressens qu’on arrive à une sorte de « bout », un précipice… c’est trop tard de faire demi tour… mais je ne pense pas qu’il soit trop tard ! Si seulement tout le monde pouvait prendre un moment pour réfléchir, on pourrait briser ce cycle (réf. nouvelle chanson « break the cycle ») de violence et entrer dans un nouveau cycle de compréhension, d’appréciation et avec un peu de chance à un moment donné, d’amour.
Qu’aimez vous ou préférez dans la culture française ? (What do you like/prefer in French culture?)
 
C’est une bonne question ! Il y a tellement de choses… Pour moi c’est la première fois où je vis une expérience authentique, où j’interagis de manière personnelle avec les Français et avec la culture française. La seule fois où j’étais venu auparavant, c’était en tant que touriste pour une petite durée de temps, donc tu fais des allers retours entre la Tour Eiffel, ton hôtel, le restaurant, ton hôtel etc… ça passe trop vite ! Mais maintenant avec la tournée, le fait de prendre le temps de discuter avec autant de gens, d’avoir l’opportunité de comprendre un peu leurs vies, comment ils vivent…
J’ai été tellement accueilli de manière chaleureuse où que j’aille depuis que je suis arrivé. Chaque interaction a été magnifique. Je me sens comme dans un rêve. J’ai pu comprendre qu’il y avait des luttes en cours, des manifestations, je comprends bien sûr que tout n’est pas parfait ici, bien évidemment ! Mais même si je suis ici pour une courte période de temps, j’ai eu la chance de voir énormément de beauté dans ce pays.

Une des coutumes que je préfère ici, qui fait maintenant partie intégrante de mes concerts c’est le fameux « bisous bisous » ! Il y a quelque chose de si romantique et chaleureux. Aux Etats Unis, on se serre la main ou si on est proche on va se faire un genre de « hug » ou on se tape sur l’épaule, mais ce n’est jamais très intime. En France, vous rencontrez quelqu’un, et dès la première rencontre on s’embrasse sur les joues, deux en plus, pas juste un seul ! Et il y a quelque chose de très intime qui me semble briser un peu les barrières qu’on s’impose. Dans ma culture, ton visage ne touche jamais le visage d’une personne que l’on vient de rencontrer de manière consciente ! C’est une des choses que je préfère ici… l’idée qu’immédiatement, au moins en théorie, cette notion que dès la première rencontre, nous sommes amis… On n’est pas des ennemis, on n’est pas des inconnus, on est déjà dans une certaine proximité.
Avez vous eu le temps de visiter Bordeaux et ses alentours ? vous vous sentez comment dans notre région ? (Did you have time to visit Bordeaux and the area? How do you feel in our region?)
J’ai passé la majorité de mon temps à Bordeaux et aux alentours, et à chaque concert on m’a renvoyé l’idée que j’étais ici chez moi, que j’étais le bienvenu, que j’avais une « maison » à Bordeaux ! J’ai eu l’occasion de me balader un peu, c’est une très jolie ville. Cela me fait chaud au cœur de monter sur scène, de donner tout ce que j’ai et de savoir ce que c’est que d’être reçu avec autant de chaleur et d’intensité. Tous les endroits où je suis allé ont été très heureux, mais le Sud-Ouest est un endroit magnifique où je pourrais même concevoir de vivre pendant un certain temps.
On arrive à la fin de la tournée Française,  le Sud-Ouest vous a séduit apparemment,  peut-on espérer vous revoir en 2017  ? Si oui pensez vous allez prendre un peu la température dans la capitale également ?
Je suis tombé amoureux de toute la France, y compris le passage éclair à Paris et je reviendrai en un instant dans n’importe quelle région du pays qui voudra m’accueillir.
Merci à Lisa,Farid, Christophe ainsi qu’à l’Accordeur, mais aussi à Cécile qui m’a traduit les questions (du coup on les a laissées 😉 ) et bien sûr à Peter pour sa gentillesse (j’ai rarement vu un artiste faire la bise à TOUS les spectateurs ) et à son professionnalisme ….. certains Français peuvent en prendre de la graine !!!