Serial Blogueuse

We Want Art! + Biotiful TV = ANTOINE CHAPUT, profession réal, option complice de Serial blogueuse

Isabelle Camus Serial blogueuse Antoine Chaput We Want Art
Quand je fais le M.U.R. signé Minimalkonstruction avec Antoine Chaput

Il y a peu, je vous parlais de mon Chacal des bois préféré.
Ici même, je dressais le portrait d’Aleksandr Isenhart, le blogueur bordelais qui sent le fennec parfumé à l’Eau de Jean-Paul Gaultier. Le geek life style qui code comme personne, preuve à l’appui avec « mon site 3 en 1 » de Serial blogueuse comblée. S’il reste encore quelques détails à régler, on tient le bon bout, merci de votre patiente compréhension ! 😉
Aujourd’hui, toujours dans la série :

« tout seul on va plus vite, à plusieurs on va plus loin »,

j’aimerais vous présenter Antoine Chaput, réalisateur labellisé We Want Art!, que celles et ceux qui me suivent fidèlement connaissent. Notre collaboration ayant débuté dans Jugeote, le webzine qui en a, devenu la rubrique force jaune de ce site.

Un top départ avec un sujet sur le « mégartistique » évènement street art, Transfer#6, intégrant la vidéo sur fond d’interview que je vous laisse découvrir séance tenante.

Du street art à Biotiful TV

Et puis les projets se sont enchaînés. Par la suite, en trio (cc Christophe Foubert//Existences Corp !),  nous avons couvert le deuxième Darwin Ocean Climax Festival, dont le résultat, s’il a mis du temps à être finalisé n’en reste pas moins crucialement d’actualité et s’inscrira comme une super expérience, tant humaine que professionnelle.

 Christophe Foubert, Isabelle Camus et Antoine Chaput, la biotiful team au taquet pendant le Darwin Ocean Climax Festival #2 (2016)
Christophe Foubert, Isabelle Camus et Antoine Chaput, la biotiful team au taquet et shootée, by night, par Valy.D, pendant le Darwin Ocean Climax Festival #2 (2016)

Une trilogie dont le dernier volet devrait sortir incessamment sous peu, nous donnant l’occasion de revivre des instants riches en son et en émotions. Un retour en arrière que l’actualité locale, nationalement relayée, vient tout juste de remettre sous le feu des projecteurs, lui donnant ainsi encore plus de valeur.

Dans la foulée de Climax, une web télé baptisée Biotiful TV a vu le jour. Une chaîne YouTube où vous pouvez retrouver nos déambulations au sein de la caserne Niel et les entretiens en version longue ou courte que nous avons menés pendant le festival.  Sans oublier l’inspirante vidéo concernant le projet plein de sens, Local’Attitude : du jardin à l’épicerie. Un sujet bourré d’humanité donnant lieu à l’article qui aura le plus cartonné à ce jour sur mon site propulsé en novembre 2016.

Travelling arrière

Mais avant ça Antoine a eu une vie… prédestinée pourrait-on dire, puisque c’est une astrologue qui, le « voyant travailler dans l’image », le mettra sur sa voie à un moment où il la cherchait encore.
Une fois sur les rails, tout peut commencer.

D’une première vie de photographe publicitaire, il a gardé le sens du cadre et de la lumière.

autoportrait photographique signe Antoine Chaput

De sa vie sur les bateaux de croisière comme réalisateur de films souvenirs pour les passagers, il a gardé le goût des rencontres et des horizons changeants.

Se succèderont deux escales un peu plus longues à Saint-Martin et Ibiza, où il fut notamment photographe des nuits hautes en couleurs des plus grand clubs. Mais c’est New York qui sera son expérience la plus intense.

Dans cette ville de tous les possibles, embauché comme régisseur sur des longs et courts métrages, la caméra le démange. C’est ainsi qu’il réalise avec les moyens du bord des making off pour le plaisir et qu’il se voit proposer la réalisation de son premier clip musical  pour l’artiste soul new yorkaise, Doreen Younglove.

Tout fier de ses premiers pas plus arty, fêtant avec des potes dans un des bars Karaoké de Chinatown, la mise en ligne du clip sur ce réseau émergent baptisé Youtube,  il réalise a quel point son oeuvre ressemblait aux images un peu tartes qui accompagnent les stars du micro d’un soir.

Le doute venait de mettre un frein a son élan. Dans le fond était-il vraiment voué à être réalisateur ?
Son exigence, dont il ne se départira plus par la suite, venait de mettre en pause ses velléités de réalisation.

Du doute à We Want Art!

Mais les étoiles de son destin n’avaient pas dit leur dernier mot.  Amené à repasser par la case petits jobs, c’est à la Cinémathèque française, temple de l’image animée, qu’il se posera le temps de reprendre son souffle et d’envisager une formation pour mieux repartir sur des bases nouvelles.

Diplôme d’Assistant de Production en poche, il devient l’assistant d’un des premiers Show runners en France sur la série Antigone 34 (France 2). Si la série ne connait pas le succès escompté, elle lui permet de travailler par la suite avec la directrice de casting sur de nombreux téléfilms et séries.

Après plus de 10 ans loin de Bordeaux,  il est temps pour lui de revenir dans sa ville d’origine, tel l’enfant prodige, aspirant à devenir directeur de casting sur les films et les séries tournées dans la région.

Mais là, cruelle déception ! Les places sont chères.  Et les expériences de son CV à rallonge ont bien peu de poids dans une ville  encore groggy par sa léthargie de belle endormie.

Logo We Want Art!Quarante ans venant de sonner, c’est lors d’une nuit passée à gamberger pour trouver une issue à son statut d’intermittent de plus en plus lourd à porter, que lui vient l’idée de We Want Art!

Si au départ, le projet qu’il avait imaginé était destiné à la vente en ligne de photos d’art, c’est en introduction d’un portrait vidéo du sculpteur Jean-François Buisson, fondateur des Vivres de l’Art (un atelier, galerie d’art et lieu de résidence qui font ressembler Bordeaux à Berlin), qu’il inaugurera son logo.

Un retour à la réalisation qui se confirmera avec la commande par Buisson, dans le cadre d’Agora 2014 (biennale d’architecture, d’urbanisme et de design), du making off d’un ballet de grues. Non, non, pas les oiseaux ! Mais bien les monstres métalliques qui, dans le quartier des bassins à flot pullulent, tournent lentement sur eux-mêmes et se côtoient sans jamais se toucher.

Un travail suivi, dans un tout autre genre, d’une commande de Bordeaux Métropole pour une film institutionnel sur le réaménagement du quartier du Grand parc.

No Walls… no Art!

Grand amateur d’art, comme on l’a vu plus haut, Antoine ambitionne de faire partager sa passion et mettre en lumière les artistes sur sa web TV Viméo et sa page FB. Ce qui tombe plutôt bien dans une ville comme la nôtre, territoire d’expression d’une communauté dense et hyper-active plutôt bien soutenue par les pouvoirs publics.

A ce titre, il engage une collaboration avec Le M.U.R de Bordeaux, projet Modulable, Urbain, Réactif  né en 2014, qui, sur 35m² dédiés à la création contemporaine urbaine, donne l’opportunité, chaque mois, à des artistes d’ici et d’ailleurs, d’illuminer de manière éphémère, chacun dans leur style, le quartier des Chartrons si cher à mon coeur.

L’occasion pour Antoine de faire montre de son oeil et de son talent, comme l’atteste sa dernière vidéo illustrant le projet performance N°27 de ROYAL BÉTON.

C’est via l’enchainement des projets et de leur appréciation qu’on favorise son avenir. Car même si la précarité qui règne dans l’audiovisuel contribue à faire blanchir les poils de la barbe plus vite, il était écrit que c’est dans l’image qu’Antoine Chaput // Réalisateur… se réaliserait.

Antoine Chaput We Want Art profession realisateur complice Serial Blogueuse

Plusieurs vies, un seul destin. Après tout la vidéo n’est-elle pas une succession d’images et de récits ?

Je pense que vous aurez compris pourquoi, nos chemins s’étant croisés, nous avons décidé d’en faire un bout ensemble. Aussi, comme je ne peux pas tout poster ici, je vous invite à cliquer sur ce lien,  il vous mènera à  toutes les vidéos d’Antoine Chaput, profession réal, option complice de la Serial blogueuse bien entourée que je suis.

Allez une dernière pour la route avec Mon nom est Niel, hommage aux soldats du passé et à la relève du présent et du futur ! En effet, comme il est sur tous les fronts, il s’est « enrôlé » dans la 58ème et son armée des grands singes, le mouvement des bénévoles engagés du Darwin Ecosystème, enceinte de notre biotiful expérience.

Quant à moi,  je vous dis à bientôt pour de nouvelles aventures We Want Art!/Serial blogueuse/Biotiful TV. Vous verrez, nous n’avons pas fini de vous étonner 😉

 

A propos de l'auteur

Isabelle Camus

Serial blogueuse, anglophile bio, tea & bike addict, écolo geek & digital granny de la génération X. Lady gaga de chats et tout particulièrement de Clifton, son rouquin, taquin, câlin de félin.

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

I Blog You

ISABELLE CAMUS (comme ALBERT) née un 13 juillet (comme SIMONE VEIL). Blogwoman 100% bio, le nez au vent et toujours à vélo, je me plie en quatre pour vous faire découvrir Bordeaux en mode Culture, Écologie, Quartiers et Cause des Femmes.
Pour en savoir davantage sur qui je suis, mes kiffs et mes coups de griffes, c’est par ici ☛…

Mon autre site pro 100% bio