Good Morning CHU
Chez Good Morning CHU, les enfants deviennent les journalistes d'un jour
Serial Blogueuse

GOOD MORNING CHU épisode 2 : Radio LIBRE !

J’ai découvert l’émission « Good Morning CHU », diffusée sur Radio CHU, grâce à l’interview d’Isabelle Camus aka Serial Blogueuse, publiée en décembre 2017. Immédiatement, je sollicite un entretien pour y faire un reportage. J’ai très envie de soutenir, à mon petit niveau, cette démarche. Et là, surprise : on me questionne sur mon parcours. Pour m’annoncer dans la foulée que je serai finalement l’invité d’un nouveau numéro !

Nb: Les photos étant interdites, une dessinatrice m’a accompagné. Elle souhaite rester anonyme. Je la remercie infiniment pour sa disponibilité immédiate, sa persévérance et son aide. Précieux!  

Radio CHU et Good Morning CHU

Radio CHU émet depuis 2004 dans l’intégralité des hôpitaux bordelais. C’est une radio apolitique :

« J’étais aux vœux de Juppé mais on ne les passera pas »

annonce Dorian, l’animateur salarié par la station. On fera fi de la politique tant la station à d’autres choses à raconter.

Good Morning CHU & Radio CHU
Quand on ne photographie pas, on dessine!

Un programme sort particulièrement du lot. Créé par Radio CHU en collaboration avec le Docteur Xavier Pommereau, psychiatre spécialisé dans l’adolescence en difficulté, « Good Morning CHU » est enregistré chaque mercredi après-midi au centre Abadie (le pôle aquitain de l’adolescent, pensé par Mr Pommereau). Les adolescents des étages 2 et 4 (chaque étage correspondant à une cause d’admission) usent les sièges du studio de radio du rez-de-chaussée à tour de rôle. Dorian aide à la préparation de l’émission mais laisse aux ados le soin d’animer l’émission. À l’aide des informations transmises par l’invité(e), les jeunes choisis par les cadres de santé construisent leurs grilles de questions.

Pour mon passage, 4 journalistes en herbe m’attendent, entre 14 et 16 ans. 3 filles, 1 garçon. Trois me font face pendant que la quatrième est à ma droite. Chacun se tient devant une feuille de papier où plusieurs questions m’attendent. Pression ! Avant l’enregistrement, les rires inexpliqués s’enchaînent. On croirait voir un groupe d’ado avant un exposé. Les micros ouverts, le sérieux l’emporte. Je reste le plus intimidé : c’est la première fois que je suis interviewé. D’ailleurs, on me le fera remarquer :

« Ça se voyait que vous étiez stressé ! ».

Bim !

Good Morning CHU aident les enfants aquitains à se reconstruire
Good Moning CHU: une émission préparée avec sérieux!

 

Je suis introduit avant que les questions ne s’enchaînent sous les regards  protecteurs de Dorian et Pierre, le réalisateur-ingénieur du son. Pendant mes réponses, les jeunes s’observent pour savoir lequel d’entre eux prendra le relais. Le professionnalisme est de mise.

Les micros se coupent, Pierre se joint à nous pendant que Dorian reste à l’écart de la table. Après que les jeunes aient remarqué avec regret que l’heure correspondait à celle de la collation et des visites, un échange informel débute.

« Vous n’aviez pas peur de venir voir des gens comme nous? ».

Comment ça, des ados?

 

Radio CHU et Good Morning CHU à Bordeaux
Exemple – fidèle – de réaction à mes propos

L’avantage du off, c’est que les langues se délient. Certains sont au centre Abadie pour la première fois, d’autres sont des « habitués ». J’en apprends un peu plus sur des vies déjà bien (trop) remplies. L’une veut être sage femme mais n’y arrivera jamais « car elle n’a pas le niveau avec son 7 de moyenne en seconde », quand une autre aspire à devenir psychologue clinicienne.
Les échanges sont riches. Les jeunes se livrent et racontent la vie hospitalière en communauté. L’heure du repas est maudite (18h45 !) comme les réveils matinaux apparemment aussi intolérables qu’inutiles. Des aides soignantes au médecin en passant par la cantine, tout le monde en prend pour son grade ! Les pensionnaires gardent des problématiques d’adolescents : la méthode semble porter ses fruits.

Rencontres et réinsertion

Qu’il est flatteur d’être l’invité de jeunes en train de m’apprendre beaucoup de choses sans le vouloir. Mes questeurs sont intelligemment stimulés. Pour ma deuxième interview, une semaine plus tard, une adolescente de 16 ans se montrera satisfaite de découvrir des pratiques inédites (comme la radio ou la guitare)  durant son séjour.  Peu importe les raisons de leur présence, l’idée du psychiatre est de ramener ses patients d’un temps dans le réel par des activités concrètes. Finalement, un projet de reportage se transforme en objet de réinsertion pour les adolescents : là est l’habileté de la démarche de l’émission. Un peu d’évasion dans un univers clos comme première pierre à la reconstruction.

Une jeune sort le lendemain de notre enregistrement.

« Enfin! Je vais revoir un peu mes potes! »

Lucas Rougerie / Lucas Rougerie /@lucasrougerie

Ps: La radio fonctionne grâce aux subventions, aux dons et au mécénat. À bon entendeur!

Lien n°1 : Emission du 17 janvier 2018

Lien n°2: Emission du 24 janvier 2018

 

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

I Blog You

Isabelle CAMUS (comme Albert), blogueuse 100% bio. Le nez au vent et toujours à vélo, je me plie en quatre pour vous faire découvrir Bordeaux en mode Culture, Écologie, Quartiers et Cause des Femmes.
Pour en savoir d’avantage sur qui je suis, mes kiffs et mes coups de griffes, c’est par ici ☛…

Serial blogueuse, blog bio Bordeaux

 

Mon autre site pro