Welcome to Prunelle de Mézieux, la soeur presque jumelle d'Auguste Derrière
Ovaires the rainbow

Les Consonnes Toujours Deux Fois, le 1er opus signé Prunelle de Mézieux

  •  
  •  
  •   
  •  
  •  

Sœur presque jumelle d’Auguste Derrière, le roi de l’absurde, du non-sens et du « jeu de mot laid », Prunelle de Mézieux est née de paire inconnue le 29 février 1892. Diplômée de l‘être moderne, et drôlement fière de lettres, elle prit la plume dans l’optique de devenir auteure.

Féministe d’avant-garde, elle se targuait d’être une femme de méninges et elle menait une lutte constante contre l’esclavage de cerveau. Réputée pour ses sautes d’humour, elle en mettait plein la vue à son entourage, le Tout-Paris l’adorait.

Elle fréquentait avec autant d’aisance les personnes éclairées de l’époque que certains illuminés reclus dans leurs contrées lointaines. Elle quittait d’ailleurs souvent la capitale pour se ressourcer sur l’île d’Yeu et s’adonner à ses passions :  la lecture et l’écriture. Car comme le rappelait souvent notre ingénue :

«Lire et écrire délivre !».

Belle mise en bouche, n’est-il pas ? Extraite de la préface de “Les Consonnes toujours 2 fois”, le premier opus de Prunelle de Mézieux, celle qui aimait faire l’humour à plusieurs et qui mérite, reconnaissez le, de figurer en pole position dans Ovaires the Rainbow : la rubrique de Serial blogueuse, toujours friande de personnalités féminines qui décoiffent. Qu’elles soient réelles ou imaginaires.

Prunelle de Mézieux éditée, comme son frère, chez Le Castor Astral

En 2009, j’avais été la première – dans les colonnes du journal Sud Ouest, dont je fus, pendant 6 ans la correspondante pour le quartier des Chartrons – à parler d’Auguste Derrière (29 février 1892 – ?), le très prolifique publicitaire à l’esprit pétillant et perché. Je pense ne pas me tromper en affirmant que, 10 ans plus tard, je vais l’être aussi pour parler de sa demi-soeur cachée, Prunelle de Mézieux.

Article Isabelle Camus pour Sud Ouest sur Auguste Derrière

Car depuis, entre la team de joyeux drilles de l’agence de graphisme baptisée, La Maison PoaPlume, et moi, point de rupture. Je couvre leur actu avec assiduité et fidélité.

Article Auguste Derrière Isabelle Camus dans Sud Ouest

Et ces créatifs, dont certain(e)s sont devenus des ami(e)s, n’ont pas chômé  ! La preuve ! On compte pas moins de quatre ouvrages cultes d’Auguste Derrière, au catalogue de l’éditeur, Le Castor Astral, dont rien que les titres (et la couverture) annoncent la couleur :

  • Les Moustiques n’aiment pas les applaudissements
  • Les Fourmis n’aiment pas le flamenco
  • Les Mites n’aiment pas les légendes
  • Les Girafes n’aiment pas les tunnels

Hormis, les Girafes, je les ai tous ! Et même Clifton, du haut de son arbre à chat, est fan ! 😉


  •  
  •  
  •   
  •  
  •  

À propos de l'auteur

Isabelle Camus

Blogueuse en série organic, books, tea & bike addict. Écolo geek & digital granny (oui, je suis un tantinet anglophile) de la génération X. Chats friendly, je partage ma vie avec Clifton, mon rouquin, câlin et taquin de félin.

Ajouter un commentaire

Laisse un commentaire ! Le dieu des blogueuses en série te le rendra !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Souscrire à la serial newsletter

I Blog You

Isabelle Camus (comme Albert).
Née un 13 juillet (comme Simone Veil).
Blogueuse en série éclectique.
Storyteller chevronnée et vélo reporterre aguerrie. À la force de mes mollets et à la pointe de mon stylo, je m’applique à mettre en lumière avec style et sens, sans vendre mon âme aux algorithmes, tout en caressant le SEO dans le sens du poil, celles et ceux qui font bouger les lignes.
C’est ainsi qu’au fil de mes rubriques et de mes partis pris, je parle :
Lifestyle – Culture – Écologie – Vie de quartier – Cause des femmes – Bien-être animal –
Le tout 100% made in Bordeaux, la ville où en 1960 je suis née, que je n’ai jamais quittée et que j’ai vue évoluer.
Pour en savoir davantage sur qui je suis, mes kiffs et mes coups de griffes, c’est par ici […]

Ma boutique en ligne