Emily Jane White au Rocher de Palmer le 13 février 2020
Emily J. White
Jugeote

Emily Jane White au Rocher de Palmer : la force tranquille d’une déesse folk

  •  
  •  
  •   
  •  
  •  

Jugeote, auréolée de sa casquette de rubrique culturelle de Serial blogueuse, avait envie d’écouter de la bonne musique. Ça tombait bien, jeudi dernier, le 13 février 2020, Emily Jane White donnait un concert au Rocher de Palmer.

En première partie, Queen of the Meadow, une version remasterisée locale de Joni Mitchell. Un duo folk composé d’Helen Ferguson et de Julien Pras (leader du groupe culte Calc entre autre, voilà pour le CV) proposera un set toute en délicatesse et en harmonies vocales enchanteresses. De la très belle ouvrage pour mes oreilles comblées !

Emily Jane White, bordelaise de coeur

Puis vint le tour d’Emily Jane White. Américaine californienne quasiment bordelaise d’adoption, puisque signée chez l’excellent label bordelais Talitres.

Entre folk et blues, la songwriter venait pour l’occasion nous faire partager sa sixième galette, “Immanent Fire“, sorti l’an dernier. Et comme toujours avec elle, bercés nous fumes par sa voix grave si singulière qui apporte tant à son univers sombre et intimiste :

Peinture d’une société aveugle au chaos qu’elle engendre.

Ce fut un excellent moment passé, je peux vous l’affirmer, en compagnie de deux approches différentes de la folk, celle classique et classieuse de Queen of the Meadow et celle plus organique d’Emily Jane White, dont voici quelques traces en noir et blanc.


  •  
  •  
  •   
  •  
  •  

À propos de l'auteur

Tomas Mitty

Baroudeur, observateur, rêveur, découvreur, partageur, passeur, j'ai la modeste prétention de créer une passerelle entre ma passion pour la photographie et la musique.

Car j'aime ces deux formats qui peuvent être complémentaires, s'alimenter et se nourrir l'un de l'autre.

J'ai intitulé ma page Facebook, Neuköln Photography, en hommage à David Bowie et à un de mes morceaux favoris sur l'album Heroes : Neuköln, emprunt d'une ambiance sombre et introspective qui allait préfigurer la cold wave.

L'idée, ici, étant de faire dialoguer un morceau de musique qui m'inspire avec les photos que je prends au fil de l'eau, de mes pérégrinations et de mes rencontres. Une esthétique essentiellement en noir et blanc afin d'affirmer une dimension hors du temps, comme un jeu entre ombre et lumière, entre clarté et contraste.

Ajouter un commentaire

Laisse un commentaire ! Le dieu des blogueuses en série te le rendra !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Souscrire à la serial newsletter

I Blog You

Isabelle Camus (comme Albert).
Née un 13 juillet (comme Simone Veil).
Blogueuse en série éclectique.
Storyteller chevronnée et vélo reporterre aguerrie. À la force de mes mollets et à la pointe de mon stylo, je m’applique à mettre en lumière avec style et sens, sans vendre mon âme aux algorithmes, tout en caressant le SEO dans le sens du poil, celles et ceux qui font bouger les lignes.
C’est ainsi qu’au fil de mes rubriques et de mes partis pris, je parle :
Lifestyle – Culture – Écologie – Vie de quartier – Cause des femmes – Bien-être animal –
Le tout 100% made in Bordeaux, la ville où en 1960 je suis née, que je n’ai jamais quittée et que j’ai vue évoluer.
Pour en savoir davantage sur qui je suis, mes kiffs et mes coups de griffes, c’est par ici […]

Ma boutique en ligne