Lettre ouverte à Nicolas Florian maire de Bordeaux
Serial Blogueuse

Tribune libre au temps du coronavirus : Lettre ouverte à Nicolas Florian, maire de Bordeaux

En ces temps de confinement imposé pour cause de pandémie, une partie de l’humanité a le temps, non seulement de flipper ou de s’ennuyer, mais aussi de gamberger et de s’interroger.  Une pensée particulière pour ceux qui vont au front et sauvent des vies, ou, la peur au ventre et souvent sans masque font tourner la boutique France.

Aux héros du quotidien qui continuent à faire tourner le pays et à sauver des vies

Alors que les informations les plus diverses circulent, un peu, beaucoup, pas du tout vraies ou carrément folles, voire manipulatrices sur les réseaux sociaux où un pangolin ne retrouverait pas ses petits, j’ai entrepris il y a peu, via un article synthétique, de relayer la publication d’Adrien Ghenassia, médecin spécialiste en santé publique, destinée à tout bien nous faire comprendre les tenants et les aboutissants du confinement voué à endiguer le COVID-19.

Si de mon côté j’ai la chance de pouvoir continuer à travailler sans difficulté physique ou psychologique malgré l’enfermement, (un long mois et demi sur mon canapé cet été, avec interdiction de bouger pour cause de rotule fracturée par temps de canicule m’ont bien aguerrie), il n’en est pas de même pour tout le monde.

Souvent sollicitée en tant qu’infopreneuse, mi-blogueuse, mi-journaliste, pour relayer des événements, des projets entrepreneuriaux ou des activités en quête de visibilité, j’ai aujourd’hui entrepris d’ouvrir mon blog à l’expression libre, suite à une demande qui m’en a donné l’idée.

Le propos émanant d’une professionnelle de santé indépendante, très engagée dans des causes humanitaires, n’est ni hystérique, agressif ou paranoïaque, même s’il traduit une grande inquiétude légitime doublée d’une impuissance partagée par beaucoup.

Comme elle me contactait pour savoir comment elle pouvait faire entendre sa voix, c’est à ce titre que j’ai choisi de lui donner la parole, forte de la certitude qu’elle parviendra à l’oreille du principal intéressé, Nicolas Florian. Car, quelle que soit sa couleur et son appartenance politique, qui mieux qu’un maire peut servir de lien entre les citoyens lambda et ceux qui les gouvernent.

Lettre ouverte à Nicolas Florian, maire de Bordeaux :

Monsieur le Maire, 

Comme le dit le président Macron : « l’heure est grave, nous sommes en guerre » !

Depuis plusieurs jours je sens au creux de mon ventre une grosse, très grosse colère qui monte. 

Qu’est-ce qu’on est en train de faire avec nous ?

Nous sommes en prison chez nous, notre liberté de bouger, de travailler, d’être en lien direct n’existe plus, bien sûr pour nous protéger et protéger les plus faibles, bel argument !

Mais quelque chose en moi me crie que ça ne va pas, que la méthode n’est pas la bonne.

Pourquoi ne fait-on pas comme en Corée ou à Hong Kong avec des masques et des tests ?

On nous répond qu’il n’y a pas de masque et qu’on ne peut pas faire les tests à une si grande échelle.

Mais pourquoi nos voisins Allemands peuvent faire des centaines de milliers de tests par semaine et pas nous ? Sommes-nous si sous-développés et pauvres que ça ?

On nous dit que les Français sont indisciplinés, mais dans l’incohérence de ce qu’on nous demande: « restez chez vous, mais allez voter! » ou bien « fermez vos cabinets de kiné, mais allez faire des soins à domicile » alors que les soignants n’ont pas de masques efficaces, comment voulez vous que nos pauvres cerveaux de bêtes enfermées comprennent où est le vrai message ?

En tant que citoyenne, je demande à mon Maire d’exiger de pouvoir faire des tests pour ses électeurs et savoir qui est porteur du virus et doit être confiné.

Vous, monsieur le Maire de Bordeaux, si vous ne faites pas votre travail d’élu local, vous aurez aussi des comptes à rendre à vos concitoyens  à la fin de cet horrible épisode.

Exigez des masques, exigez de pouvoir faire des tests et exigez que le traitement, à la virgule près, du professeur Raoult puisse être prescrit, par les médecins généralistes qui le souhaitent, pour les patients testés positifs.

Faites ce qu’il faut pour que notre ville et plus largement notre pays puisse reprendre son activité économique avant qu’elle ne soit totalement à genoux.

Vous êtes notre interlocuteur privilégié localement, faites votre travail pour porter nos voix plus loin, parce que vous aussi vous aurez des comptes à rendre à vos électeurs.

S’il vous plaît Monsieur Nicolas Florian, faites peser votre pouvoir pour nous aider, mouillez-vous, montrez qu’une grande ville comme Bordeaux peut donner l’exemple pour maintenir notre économie en donnant les moyens aux gens de lutter contre ce virus.

Merci de l’attention que vous aurez porté à mon courrier.

Avec mes plus sincères salutations.

Florence Guennou, citoyenne et kinésithérapeute 

error1904

À propos de l'auteur

Isabelle Camus

Blogueuse en série, obsédée textuelle anglophile, bio, tea & bike addict, écolo geek & digital granny de la génération X. Lady gaga de chats, elle partage sa vie avec Clifton, son rouquin, câlin, taquin de félin.

Commentaires

Laisse un commentaire ! Le dieu des blogueuses en série te le rendra !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • En réponse aux doléances de Florence Guennou faites au premier édile de l ancienne Burdigala Nicolas Florian sur la crise sanitaire, il semble que le silence et l inactivité soit de mise bien que certaines prérogatives régaliennes lui permettent de prendre des décisions comme en a usé Christian Estrosi à Nice.
    Devant la colère et le désarroi de Mme Guennou, citoyenne de notre belle cité, il semble Mr le Maire que vous soyez frapper de mimétisme avec le gouvernement dont votre soutien est à peine voilé, Désinvolture, absence d initiative cohérentes, voix inaudible ….incompétence ? il vous appartient Mr le Maire en tant que premier Magistrat d une des plus grandes Métropoles de France de prendre vos responsabilités afin d assurer à vos administré leur sécurité et la transparence sur la gestion de cette pandémie.

  • Bon ! Un 1er pas avec une mesure concernant des masques en tissu. Copier/coller du Communiqué de presse reçu ce 7 avril 2020 :

    Dès ce mardi matin, les services de la Ville sont entrés en contact avec une dizaine d’entreprises ou fabricants, susceptibles de fournir rapidement, près de 800 000 “masques barrières”. Ces modèles en tissu, lavables et réutilisables, seront conformes aux normes basiques de protection.
    Par ailleurs, la mairie s’est rapprochée de la Chambre des métiers de la Gironde pour identifier les sociétés locales capables de confectionner des masques du même type au plus vite.

    Fabriquer son masque
    En parallèle, la mairie de Bordeaux encourage chaque citoyen ou association, à fabriquer artisanalement ou en série, des masques barrières en tissu, suivant le modèle agréé par l’AFNOR. La plateforme jeparticipe.bordeaux.fr mettra en relation des producteurs et des demandeurs.
    Élaboré par l’Association française de normalisation et 150 experts, ce modèle de masque n’est pas un dispositif médical. Il est destiné à compléter les gestes barrières et les règles de distanciation sociale. Il n’exonère à aucun moment l’application des gestes barrières. C’est une protection supplémentaire pour les personnes saines ou asymptomatique, lorsqu’elles se déplacent ou travaillent. Ce masque grand public n’est pas destiné à être utilisé par les personnels soignants au contact des patients. Seuls, les masques filtrants FFP2 et les masques à usage médical (ou chirurgicaux) ont vocation à être utilisés et réservés au personnel de santé.

I Blog You

Isabelle Camus (comme Albert) née un 13 juillet (comme Simone Veil). Blogueuse en série éclectique, obsédée textuelle assumée, vélo reporter rébiolutionnaire, à la pointe de mon stylo, je me plie en quatre pour te faire découvrir Bordeaux (mais pas que) en mode Culture, Écologie, Vie de quartier, Cause des Femmes et Bien-être animal
Pour en savoir davantage sur qui je suis, mes kiffs et mes coups de griffes, c’est par ici ☛…

error

Alors, on est pas bien ensemble ? Allez ! Clique et follow me !