What a biotiful world

La start up écolo Pic’verre collecte, à vélo, votre verre à domicile pour favoriser son réemploi

C’est trop loin ! C’est lourd ! C’est toujours plein ! J’ai la flemme ! Y’a pas de récupérateurs près de chez moi ! Autant de raisons qui rendent souvent le recyclage du verre compliqué et refroidissent les meilleures volontés.
Vous en aviez rêvé, depuis le mois de juin 2019, Cyril Martin et son cousin Julien Martin l’ont fait ! Avec Pic’Verre, une start up issue de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS), ils ont mis sur pied un projet de récupération du verre à domicile pour mieux recycler et valoriser ce matériau à la vie sans fin. Un super projet, à l’image de Septembres, le projet éco-design qui upcycle les bouteilles de vin dont je vous ai parlé il y a plusieurs mois, contribuant ainsi tous deux à mettre Bordeaux au verre. D’ailleurs ils ont déjà commencé à travailler ensemble !
Alors Pic’verre comment ça marche ?

Rencontre avec Cyril Martin le fondateur de Pic'Verre
Cyril Martin dans les locaux de Pic’verre, 49 rue Paul-Louis Landes.

Pic’verre, un service responsable pour collecter un matériau 100% recyclable à l’infini

Le recyclage du verre qui fut organisé en France dans les années 70, avait avant tout pour but d’économiser l’énergie. Aujourd’hui, il répond également à la nécessité de limiter les quantités et les volumes d’ordures ménagères. La consommation annuelle moyenne française d’emballages en verre s’élève à 50 kg par personne ; mais tout n’est pas trié, et une quantité encore non négligeable d’emballage en verre est encore jetée dans les poubelles d’ordures ménagères au lieu d’être recyclée.

Pourquoi faire appel à Pic'verre Avec Pic'verre le verre brisé c'est terminé Le verre c'est pas n'importe où

Une seule solution ! Pic'verre !

D’ailleurs à Bordeaux, quand la moyenne nationale du verre recyclé par habitant est de 30kg, on recycle 22kg par an et par habitant, le reste partant dans les poubelles noires.

On le voit, maintenant qu’elle est verte, la ville doit et va sûrement mieux faire ! (gros clin d’oeil et appel du pied)

Collecter et réemployer le verre, une idée post soirée bien arrosée

Or, parce que réemployer une bouteille c’est économiser 79% de CO2 et 33% d’eau par rapport au recyclage, Cyril Martin a envie d’aller plus loin dans une action globale, écologique, sociale et solidaire, doublée d’une ambition d’emplois à la clef non délocalisables.

Né à Bayonne il y a 40 ans tous ronds, il est passé du monde de l’image et de la communication graphique à celui d’une idée qu’il portait en lui :

J’étais hanté par le sujet de la collecte de verre en mobilité douce. Un rêve né d’une soirée hyper arrosée avec des tonnes de verre à recycler. Ça m’est resté dans un coin de la tête. Et puis en voyant des vélos cargo, j’ai imaginé dans un premier temps l’idée d’aider au recyclage du verre auprès des particuliers.

Aujourd’hui, le rêve est devenu réalité ! Et l’entreprise Pic’verre est née, qui propose chaque semaine, aux habitants de Bordeaux, une collecte du verre perdu sur 5 secteurs sous la forme d’une prestation de service, avec une logistique en mobilité douce (un triporteur à assistance électrique V.U.F), connectée et à la demande grâce à son site ou sa webapp.

Contributeur de l’Économie Sociale et Solidaire, Pic’verre est un acteur de la croissante verte pour la transition écologique afin de, par son action :

  • Responsabiliser et valoriser le recyclage.
  • Développer un circuit court sur la région avec le réemploi des contenants en verre. Le réemploi que l’on pourrait définir comme le fait de réutiliser un objet – qui n’est pas considéré comme déchet- pour son usage initial.
  • Contribuer avec ses abonnés à la protection de l’environnement.

Un service de collecte auprès des professionnels et des particuliers pour un cycle d’utilisation vertueux du verre

La collecte des déchets des professionnels et des collectivités (DIB) de la Métropole bordelaise est soumise à une redevance spéciale (CARS) ou est liée à des contrats forts onéreux.

Le service Pic’verre propose sa solution écologique et économique en fournissant des sacs cabas en matériau recyclé, étudiés pour contenir environ 5 kg de verre et en utilisant une logistique douce pour venir collecter régulièrement ce déchet recyclable à 100% et à l’infini chez les professionnels de Bordeaux.

La même chose est proposée aux particuliers, qui dans ce cas comme dans l’autre, n’ont plus à se soucier de se déplacer.

Petite vidéo avec intégration d’un doigt dans l’image et validation de mon chat Clifton à l’appui !

L’abonnement Pic’verre mode d’emploi

Des devis peuvent-être réalisés en ligne sur le site www.pic-verre.fr ou par rendez-vous au 07 67 75 02 12 pour une étude personnalisée.

Des sacs cabas de collecte réutilisables Pic’verre de 20L avec 9 compartiments sont vendus selon les besoin, au prix unitaire de 5€ TTC.

Les collectes à la demande sont faites au plus tard la veille pour le lendemain, du lundi au vendredi entre 10h et 12h30 pour récupérer les sacs Pic’verre mis à disposition.

Le coût d’un sac collecté est de 2,50€ TTC et à chaque passage, le Picker restitue le nombre de sacs Pic’verre ramassés par des sacs propres pour la prochaine collecte.

Concernant les contenants, Pic’verre récupère les bouteilles de vin (dont la durée de vie, si en bon état, peut atteindre 6 ans), les bocaux, les bouteilles à jus… l’enjeu étant pour Cyril Martin de refaire marcher la consigne.

Le verre est le contenant le plus noble et le plus sain des contenants alimentaires, puis qu’il ne contient aucun perturbateur endocrinien. Il mérite vraiment d’être développé pour éliminer le plastique ou l’alluminium. L’enjeu pour moi est de réduire la fabrication du verre grâce à une action vertueuse de réemploi et de remise en circulation. Les Allemands n’ont jamais arrêté la consigne. Nous, on doit revenir 40 ans en arrière. On sait faire ! Il faut recollecter et remettre en place des centres de tri et de lavage.

Or question centre de lavage et de rinçage, beaucoup reste à faire, puisque la région n’en compte qu’un seul, la société Serge Cheveau, située à Carbon-Blanc.

Une solution moins énergivore que la combustion

Et là encore, Cyril Martin a un rêve :

J’aimerais créer un centre de lavage doté d’un système de récupération d’eau de pluie en circuit fermé, et d’un chauffe-eau à énergie solaire. Optimiser le lavage et le rinçage qui reste moins énergivore que la combustion que demande le recyclage du verre. Un projet dans lequel je serais accompagné par BoxEaty, un concept de consigne alimentaire pour la restauration en Nouvelle-Aquitaine et par La Consigne Bordelaise, un concept de consigne pour les contenants en verre, pour les produits locaux.

Une belle association d’innovateurs au service du réemploi, créatrice potentielle d’emplois en insertion. Une spécialisation qui mériterait de remettre la formation du tri du verre dans la boucle de l’enseignement en alternance.

Croyons avec Cyril Martin au retour de la consigne, que ce dernier ne voit pas avant 5 à 10 ans :

Il y a un gros travail de sensibilisation à faire auprès de tous les publics : verriers, consommateurs, professionnels, même s’il existe des initiatives individuelles et internes.

Mais comme disait le scientifique naturaliste, explorateur, érudit et humaniste, Théodore Monod, à qui je laisserai le mot de la fin :

Le peu qu’on peut faire, le très peu qu’on peut faire, il faut le faire.

cofondateur de Pic'verreUne devise qui anime Cyril Martin au quotidien.

Partenariat Pic-Verre

 

error1904

À propos de l'auteur

Isabelle Camus

Blogueuse en série obsédée textuelle, bio, books, tea & bike addict, écolo geek & digital granny (oui, je suis un tantinet anglophile) de la génération X. Lady gaga de chats, je partage ma vie avec Clifton, mon rouquin, câlin, taquin de félin.

Commentaires

Laisse un commentaire ! Le dieu des blogueuses en série te le rendra !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Des sacs cabas de collecte réutilisables Pic’verre de 20L avec 9 compartiments sont vendus selon les besoin, au prix unitaire de 5€ TTC.

    Le coût d’un sac collecté est de 2,50€ TTC et à chaque passage, le Picker restitue le nombre de sacs Pic’verre ramassés par des sacs propres pour la prochaine collecte.

    Si l’on comprend bien votre façon de vous exprimer, le client- ou le consommateur – qui veut écologiquement se débarrasser de ses bouteilles en verre doit:
    1. Acheter des sacs à 5 euros pièce
    2. Descendre son, ou ses sacs, au pied de son immeuble et payer pour chaque sac rempli de bouteilles vides la somme 2,50 euros.
    Merci pour votre compréhension, bien cordialement !

    • Hello Isabelle ! Alors pour les sacs, il faut acheter une fois un sac ou plusieurs en fonction de la consommation de contenants en verre. Pic’verre peut passer à la demande, une fois par semaine, collecter votre/s sac/s à votre porte (ils montent les escaliers), pour un tarif dégressif entre 3,50€ à 2,50€ selon votre compte de collectes, sous forme de crédits et sans limite de durée.
      Le mieux étant de se connecter sur leur site pour en savoir plus, ou de les contacter par mail ou par téléphone du lundi au vendredi. Ils se feront un plaisir de répondre à toutes vos questions 🙂

      Très cordialement

  • Pic’Verre rime avec Pic-vert mais si l’un s’habille en vert l’autre s’écrit en verre. Logo aussi génial que le concept s’inscrivant dans le principe du recyclage et de l’écologie bref une idée innovante qui a toute sa chance et dans la même lignée que le projet Septembre ( avec un S ).
    vert pomme, vert de gris, vert émeraude grâce à Cyril et Julien Martin les bouteilles se teintent que d’une seule couleur vert écologie.
    Un bel article à la hauteur de l’enjeux et du concept dont Isabelle nous dévoile toute la génèse…….Bravo

I Blog You

Isabelle Camus (comme Albert) née un 13 juillet (comme Simone Veil). Blogueuse en série éclectique, obsédée textuelle assumée, vélo reporter rébiolutionnaire, à la pointe de mon stylo, je me plie en quatre pour te faire découvrir Bordeaux (mais pas que) en mode Culture, Écologie, Vie de quartier, Cause des Femmes et Bien-être animal
Pour en savoir davantage sur qui je suis, mes kiffs et mes coups de griffes, c’est par ici ☛…

error

Alors, on est pas bien ensemble ? Allez ! Clique et follow me !