Lionel Lacoux un prof d'histoire-géo de rêve
Serial Blogueuse

Lionel Lacoux : mon prof d’histoire-géo Youtubeur aux milliers de fans reconnaissants

  •  
  •  
  •   
  •  
  •  

“C’est grâce à mon professeur, c’est lui qui m’a donné envie”. Qui n’a jamais entendu ces mots ? Ou même, qui ne les a jamais prononcés ?

Dans de nombreux témoignages, on constate que les enseignants jouent un rôle primordial dans l’évolution de l’élève. Il marque sa scolarité, l’inspire et lui donne envie de réussir.

Aujourd’hui, je vais vous parler de CE PROFESSEUR, qui, parmi tout ceux que j’ai eu l’opportunité de rencontrer jusqu’ici, a su se distinguer par sa personnalité et sa façon d’enseigner.

J’ai eu la chance d’avoir Lionel Lacoux en histoire, géographie et EMC (Enseignement Moral et Civique) durant mes deux dernières années de lycée (2016-2018). C’est donc avec une fierté certaine d’ancienne élève que je vais rédiger ces lignes pour mettre en lumière son travail et son investissement.

Une enfance qui ne prédestinait pas Lionel Lacoux à devenir professeur d’histoire-géographie

Lionel Lacoux, aujourd’hui âgé de 46ans, a débuté sa carrière de professeur en 1998, après l’obtention de son concours. Originaire de Limoges, il démarre son cursus à Nevers (petite ville de Bourgogne, bien au milieu de la “diagonale du vide”, mais qui mérite un petit détour)

Une vocation qui, depuis l’adolescence, l’a toujours attiré et qui n’est pas née par hasard. Originaire d’un milieu défavorisé, il a d’abord fréquenté un collège de ZEP avant de rejoindre le lycée.

Assez mauvais élève, il cumulait les absences et les mauvaises notes, mais affectionnait malgré tout l’école.

” L’ambiance bienveillante faisait que je me sentais bien à l’école. Intellectuellement je comprenais facilement, mais je ne travaillais pas vraiment, car je n’étais pas poussé à la maison.”

Après un bac B (ancien bac ES), il obtient son Capes “un peu par hasard”. Aimant particulièrement l’économie, mais fuyant les maths, il décide de s’orienter vers l’histoire-géo.

portrait lionel lacoux

Ce choix est-il le fruit du hasard ? Que nenni. Il a, lui aussi, eu la chance de rencontrer cette prof, qui lui donnera le goût du métier et qui plus est, de cette matière.

Mme Clapham : c’est elle qui a fasciné Lionel durant ses années collège. Cette femme, avec ses cheveux oranges, son look rock et son accent du sud, qui adorait écouter du Pink Floyd, a su marquer les esprits par sa pédagogie et son amour du métier.

” Je me rappelle d’un travail extraordinaire qu’on avait fait sur la place des immigrés en France. On avait fait un diaporama, à l’époque c’était très compliqué parce qu’on avait pas d’informatique, donc c’était de vraies diapos avec un fond où on s’enregistrait. C’est en partie grâce à elle si je suis devenu prof d’histoire-géo.”

Ce passé de mauvais élève venant d’un milieu défavorisé est aujourd’hui une force, et fait d’ailleurs de lui l’enseignant qu’il est devenu.

Un professeur qui veut casser les codes de l’enseignement “classique”

La pédagogie, c’est innée. C’est un fait. Certains enseignants ont davantage de facilité à transmettre leur savoir aux élèves. La définition de ce terme peut varier selon les points de vue, et c’est souvent ce qui fait la différence. Car si certains mettent un point d’honneur à la transmission, d’autres sont plus axés sur le relationnel. Lionel Lacoux, lui, cultive les deux.

” Pour moi, la pédagogie c’est passer des connaissances, construire une personne pour lui permettre de transmettre ces acquis. C’est ce qu’on va mettre en œuvre pour aider l’élève à comprendre et apprendre.”

Pour ce nivernais d’adoption, l’aspect social est primordial. Il se considère comme pédagogue avant d’être professeur. Enseignant à la fois l’histoire, la géographie et l’EMC, il réalise que pour maintenir le fil entre ces trois matières complètements différentes, il doit placer la pédagogie au coeur de son travail.

statue image de profil lionel lacoux
Photo de profil de tous les réseaux de Lionel Lacoux

Avant que la pandémie ne frappe le monde, lassé par l’enseignement traditionnel, il avait depuis plusieurs années instauré une “pédagogie inversée”. Le système classique consistant à apporter des connaissances, puis les mettre en pratique, le tout en 55 minutes. Il a réalisé qu’en utilisant cette méthode, il “externalisait la difficulté” :

” Ce qui est difficile, ce n’est pas d’apprendre une leçon, de la comprendre. Ce qui est difficile, c’est de travailler un document, de comprendre par exemple ce que dit Adolph Hitler dans son texte, d’en faire une analyse et d’avoir un regard critique dessus. “

Quand l’envie devient le moteur de l’apprentissage

C’est donc à partir de ce moment-là que Lionel a décidé de revoir complètement sa méthode de travail. Le principe de la pédagogie inversée porte sur le fait que les élèves arrivent en cours en ayant préparé la leçon. Il a alors décidé de réorganiser complètement sa façon d’enseigner  :

  • quelques minutes de mise en place,
  • un petit questionnaire sous forme de Plickers (une sorte de QCM interactif avec des codes-barres, de quoi rendre le format un peu plus fun !),
  • un débrief, pour réexpliquer et recontextualiser les éléments principaux de la leçon,
  • puis le reste du cours est dédié à une activité, qui varie selon les différents thèmes abordés.

L’objectif de ce format est de permettre à l’élève d’être continuellement en activité. Il essaye de faire en sorte que sa classe soit la plus active possible, pour que les lycéens n’aient pas le temps de s’ennuyer.

” C’est bien de s’ennuyer, car on construit des choses, par contre je pense qu’en cours c’est très répétitif pour les élèves. Ils enchaînent les matières et si on n’arrive pas à faire en sorte que notre heure soit un peu différente de ce qui s’est passé dans la journée, ils ne retiendront pas grand chose. En étant en cours comme je suis, je pense que les élèves m’accordent plus d’attention, quand j’ai quelque chose d’important à dire, ce n’est pas noyé dans un flot d’informations. “

Il va donc chercher à valoriser au maximum le travail individuel de l’élève. Pour ce faire, il a même organisé sa salle de classe par “îlots” de tables. Ce système lui permet d’accéder rapidement à l’ensemble de ses élèves, mais également d’engager plus facilement des débats entre chacun.

classe de lionel lacoux en îlots
Classe aménagée en “îlots”

Cette organisation favorise évidemment les bavardages, mais Lionel ne s’en plaint pas : il préfère faire face à une classe “vivante”, voire bruyante, avec laquelle il peut facilement interagir, plutôt qu’un cours magistral en “rangées de bus” où les élèves du fond rattrapent discrètement leurs heures de sommeil (arrêtez de mentir, on l’a tous déjà fait une fois !).

Un système créé pour valoriser n’importe quel profil d’élève

De cette manière, il peut également accéder plus facilement aux élèves qui rencontrent des difficultés. Car ces “mauvais étudiants”, qui sèchent, décrochent… le renvoient à sa propre histoire. Il s’identifie à eux et va instinctivement les aider, car il estime qu’il peut leur apporter beaucoup.

” Les élèves peuvent s’identifier et voir qu’avec 10 de moyenne en terminale, ils peuvent quand même faire des choses bien.”

Pour renforcer cette idée, il considère que la note n’est pas une sanction. Il essaye d’avoir une variété d’évaluations qui permette à l’élève d’avoir une bonne moyenne : travaux de groupe, devoir maison, évaluations bilans, QCM ou encore travaux individuels. Il souhaite mettre en avant les qualités de chacun. Son objectif est de faire comprendre aux élèves que, quel que soit le contexte, nous avons tous la possibilité de réussir.

Saut en parachute lionel lacoux
Un prof qui ne manque pas d’air !

“Monsieur, je n’ai pas vu passer l’heure : quand mes élèves me disent ça, je pense que j’ai tout gagné.”

Si ses méthodes semblent efficaces, Lionel cherche toujours à améliorer ses cours et à se remettre en question. Car l’une de ses craintes serait que les élèves se souviennent davantage de lui comme un professeur “rigolo”, plutôt que d’un professeur avec qui on travaillait.

” J’ai le sentiment que ma personnalité vivante prend le dessus sur le fait que l’on fasse une pédagogie active. J’ai parfois l’impression qu’ils travaillent sans s’en apercevoir, mais pas qu’ils s’aperçoivent qu’ils travaillent. »

Malgré ses interrogations, il va s’en dire que la plupart des étudiants approuvent très largement ce système. Car c’est son côté humoristique qui fait comprendre sa pédagogie.

tweet Lionel Lacoux meilleur prof
Les élèves s’expriment même au sujet de Lionel Lacoux sur Twitter !

 

Youtube : le nouvel outil pédagogique de Lionel Lacoux

Vouloir instaurer une pédagogie inversée, c’est bien, mais reste à trouver la manière la plus efficace pour accrocher l’attention des élèves. Et c’est ce que Lionel va réussir à faire.

Il a tout d’abord réfléchi au format le plus adéquat pour sa nouvelle pédagogie, et l’idée d’un cours sous forme de vidéo lui est rapidement venue à l’esprit.

” Je voyais beaucoup de collègues appliquer la pédagogie inversée en envoyant le cours en PDF, et je me disais, moi-même, que je ne me verrais pas lire un cours de 5 pages sans m’ennuyer royalement. Donc, j’ai commencé à regarder ce qu’il y avait sur internet et sur Youtube, et je ne trouvais rien qui m’allait. C’est là que j’ai commencé à faire mes premières vidéos.”

C’est en 2017 qu’il crée sa chaîne YouTube.Premières expérimentations, il se lance dans un domaine complètement inconnu pour lui. Mais grâce à une courte formation et à sa motivation, il se débrouille pour sortir ses premières vidéos.

première vidéo de la chaine de lionel lacoux
Une première vidéo aux quasi 400.000 vues !

Mais c’est vraiment à partir de 2018 que tout commence à se matérialiser. Aujourd’hui, la création d’une vidéo lui prend une journée complète, de 8h à 20h : création du cours papier, enregistrement de sa voix puis création du fond sur le logiciel Powtoon, il met tout en oeuvre pour rendre le contenu le plus dynamique possible.

” Je prends des manuels, et je refais à ma sauce, par contre je ne copie pas le cours. Car maintenant je me dis que j’ai une certaine diffusion, donc je ne peux pas aller piquer un bouquin et reproduire ça. Je trouve que ce n’est pas juste. Un manuel, ce sont des personnes qui ont travaillé derrière, donc je fais mon propre cours.”

Dans un premier temps, ses vidéos, dédiées à ses élèves, sont agrémentées de petites blagues et apartés. Mais plus le temps avançait, plus le nombre de vues sur ses vidéos augmentait. Il a donc fait en sorte de s’adapter encore un peu plus à son public en ajoutant de courtes capsules vidéos pour l’introduction et la conclusion de ses leçons.

” Au départ c’était seulement pour mes élèves, mais maintenant, comme c’est des lycéens que je ne connais pas, je me suis dit que c’était important qu’ils voient la personne, qu’ils mettent un visage sur une vidéo.”

Une popularité grandissante

Un an à peine après la création de sa chaîne, Lionel atteint les 20.000 abonnés. Avec la création des E3C (nouveau fonctionnement des épreuves du bac), le chiffre bondit en un mois. Car ils ne sont que quelques uns à avoir fait des vidéos complètes sur les sujets de ces épreuves, le succès obtenu d’entrée le dépasse très vite.

Sa vidéo la plus vue, “La Révolution Française et l’Empire, une conception nouvelle de la Nation”, destinée aux premières, a d’ailleurs raflé de nombreux commentaires positifs.

commentaire vidéo la plus vue E3C

autre commentaire vidéos la plus vue des E3C

C’est à partir de là que tout prend de l’ampleur. Le nombre de commentaires ne cesse d’augmenter, et même s’il essayait de répondre à la grande majorité d’entres eux, ce n’est aujourd’hui plus possible. Au départ, les étudiants demandaient s’ils pouvaient avoir le cours papier en complément. Il a donc envoyé plusieurs fois le document avant de réaliser qu’il ne pourrait pas faire une distribution par mail à tous ceux qui le souhaitaient.

C’est à ce moment-là qu’il a décidé d’accompagner sa chaîne YouTube d’un blog : “L’histoire Géo en vidéos par Lionel Lacoux”. Créé assez rapidement pour répondre à la demande, il a pour projet de l’améliorer à l’avenir. On peut y retrouver l’ensemble des cours papiers correspondant aux vidéos, mais également quelques formats qu’il n’a pas encore eu le temps de monter, notamment pour la nouvelle spécialité “science politique”.

blog Lionel Lacoux
Page d’accueil du blog.

En dehors des questions pratiques, un grand nombre de commentaires se compose de messages d’encouragements et de remerciements. Certains notifient même que leurs propres professeurs utilisent ses cours. Une fierté pour Lionel.

” De cette façon, je peux peut-être permettre à des collègues de se lancer dans la pédagogie inversée, même s’ils n’ont pas les moyens d’avoir leur propre outil. “

Sa réputation de “Yvan Monka de l’histoire-géo” (le prof de maths qui vous fait aimer les maths) se répend même au-delà de YouTube et les messages de soutien sont visibles sur des réseaux comme Twitter par exemple.

Un projet qui requiert un gros investissement personnel

C’est indéniable. Pour arriver à un tel résultat, Lionel n’a pas compté les heures de travail supplémentaires. Car l’ensemble du projet se fait sur son temps personnel. Donc il se doit d’être organisé. Il optimise au maximum son temps. Lorsqu’il est en congé et que sa femme travaille, il utilise ce laps de temps pour bosser à fond et sortir le plus de vidéos possibles.

Avec les confinements successifs et l’annulation des épreuves communes, le rythme a quelque peu ralenti, les élèves venant principalement sur sa chaîne pour réviser. Mais Lionel reste optimiste et a l’espoir, qu’une fois la crise sanitaire terminée, la cadence s’accélère et lui permette peut-être d’envisager cette chaîne de manière plus professionnelle.

S’il veut avoir plus de temps pour s’adonner à ce projet et mieux développer l’ensemble, il devra se mettre à 80%. Ce qui n’est pas encore envisageable aujourd’hui à cause des conditions actuelles d’enseignement. Mais il n’abandonne pas cette idée et attend de voir ce que l’avenir lui réserve.

Last but not least, Lionel a encore une aspiration secrète qu’il espère un jour voir aboutir.

” Ce que j’aimerais, c’est qu’on me dise : “on vous décharge d’une journée pour que vous puissiez mettre en place des vidéos labélisées Éducation Nationale“. Ce serait l’idéal, car ce qu’il manque, c’est cette labélisation. Pour que les profs considèrent que c’est important, il faudrait que ce soit tamponné Éducation Nationale “.

Car, à travers ses vidéos, il espère aussi changer le regard négatif que la plupart de ses collègues ont sur les contenus YouTube. Il veut prouver qu’il existe des choses qualitatives auxquelles ils peuvent se référer.

Une initiative qui cherche à offrir l’opportunité d’apprendre au plus grand nombre

À travers ces vidéos gratuites et accessibles à tous, il espère également aider un maximum d’étudiants, venant de tout milieu et n’ayant pas toujours les moyens de payer des cours de soutien s’ils sont en difficulté.

” Dans notre système, les élèves dont les parents ont le plus de moyens peuvent se payer des cours particuliers. Je ne suis pas contre ça, mais pour ceux qui n’ont pas de moyens, c’est injuste. Donc j’espère que, d’une certaine façon, mes vidéos pourront les aider.”

L’idée d’apporter quelque chose à ces lycéens en difficulté est l’un des nombreux moteurs qui le pousse à s’améliorer, et à proposer un contenu plus riche et dynamique (il a même un générique maintenant ! Merci à sa femme, Fabienne Turpin, pour l’idée 😉 ! ).

Un avenir rempli de nouvelles aventures pour Lionel Lacoux

L’histoire est loin d’être terminée pour Lionel. Si le premier confinement lui a permis de boucler les programmes de seconde et de première en vidéo, il est aujourd’hui en train de travailler sur celui de terminale. Une fois terminé, il aimerait améliorer certaines de ses anciennes vidéos, fort des compétences qu’il a acquises depuis. Un côté perfectionniste qu’il veut mettre au service de ses abonnés.

De la même manière, il essaye de réfléchir à de nouveaux contenus : à travers un live YouTube, il aimerait aborder les questions méthodologiques. Par exemple, il souhaiterait faire une session sur la manière de traiter une étude de cas, en lien avec les révisions, pour que les élèves ne soient pas désorientés (il a posté un petit sondage sur sa chaîne pour savoir si ça intéresserait, alors n’hésitez pas à répondre !).

Même si sa chaîne évolue, Lionel ne souhaite pas avoir les yeux plus gros que le ventre et garde les pieds sur terre.

” Je ne veux pas m’enflammer. Si jamais ça s’écroule, je ne veux pas être déçu.”

Malgré cela, l’objectif des 100.000 abonnés serait pour lui une petite réussite, surtout pour son fils, qu’il veut rendre fier.

Ci-dessous la vidéo marquant ses 1000 abonnés (juillet 2018):

Et vous alors, est-ce que vous avez eu un·e prof qui a changé votre vie ?

Merci de partager votre expérience en commentaire !

Call to action signé Delacroix

NB : J’espère, à travers cet article, avoir réussi à vous convaincre d’aller jeter un oeil à son travail et, de la sorte, lui donner la visibilité qu’il mérite. Alors n’hésitez pas à vous abonner à sa chaîne YouTube et à le suivre sur Instagram !


  •  
  •  
  •   
  •  
  •  

À propos de l'auteur

Pauline Lawruk

Étudiante à l'Institut Européen de Journalisme (IEJ) de Strasbourg, mais liée par le cœur aux rues de Bordeaux, je viens dégainer ma plume, le temps d'un stage pour traiter de sujets en série.

Commentaires

Laisse un commentaire ! Le dieu des blogueuses en série te le rendra !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Lionel Lacoux ou la botte de Nevers

    Une chronique passionnante pour un homme passionné. Lionel Lacoux révolutionne l’approche de la connaissance par sa méthode pédagogique et quelque peu iconoclaste en s’affranchissant des codes de l’éducation nationale, il devient un passeur d’histoire utile et facile grâce a sa chaine youtube sans en être l’inventeur il en est un bon expérimentateur .

    Témoignage

    C’est en troisième au collège François Mauriac que Mme Pêltre professeur d’histoire de son état m’expédia à la faculté de Caen, capitale de Guillaume le Conquérant, mettre en pratique ma passion de l’histoire par l’archéologie .

    Ha ! l’éducation nationale et l’histoire de France revue et corrigée par ce sacré farceur de Jules Michelet. Que n’ai-je appris comme inepties quand mes institutrices se métamorphosaient en Hérodote. Charlemagne l’empereur à la barbe fleurie, Saint Louis rendant la justice sous son chêne ou le père de Hugues Capet qui était boucher tout ceci faisant ma joie teintée de goguenardise.

    Merci pour cet article Pauline qui m’a donné le plaisir d’écrire et bonne continuation à Lionel Lacoux.

    • Merci beaucoup pour votre commentaire Éric. C’est exactement ça ! Il met en avant un autre type de pédagogie, qui a d’ailleurs su faire ses preuves jusqu’à maintenant !

      Votre retour d’expérience est passionnant et montre bien à quel point les enseignants peuvent marquer nos esprits !

I Blog You

Isabelle Camus (comme Albert).
Née un 13 juillet (comme Simone Veil).
Blogueuse en série éclectique.
Storyteller chevronnée et vélo reporterre aguerrie. À la force de mes mollets et à la pointe de mon stylo, je m’applique à mettre en lumière avec style et sens, sans vendre mon âme aux algorithmes, tout en caressant le SEO dans le sens du poil, celles et ceux qui font bouger les lignes.
C’est ainsi qu’au fil de mes rubriques et de mes partis pris, je parle :
Lifestyle – Culture – Écologie – Vie de quartier – Cause des femmes – Bien-être animal –
Le tout 100% made in Bordeaux, la ville où en 1960 je suis née, que je n’ai jamais quittée et que j’ai vue évoluer.
Pour en savoir davantage sur qui je suis, mes kiffs et mes coups de griffes, c’est par ici […]

Ma boutique en ligne

Boutique en ligne de Serial blogueuse