What a biotiful world

The Moby Horror Plastic show

Initialement prévue le 1er janvier 2016, l’entrée en vigueur du décret sur l’interdiction des sacs de caisse made in plastic à usage unique, qu’ils soient gratuits ou payants, a finalement eu lieu ce 1er juillet 2016.

Un 1er pas important destiné à limiter la consommation de ce dramatique et pourtant tellement utilisé, parce que si pratique dérivé du pétrole et de son corolaire le « tout jetable », même s’il reste encore beaucoup à faire.

Afin de mettre en lumière cette mesure essentielle, voire vitale, pour l’environnement, dans le cadre de la super expo photo « LE VOYAGE D’ETHYLENE » organisée par le Collectif de la Sardine, largement évoquée dans ces colonnes, en collaboration avec Sevan Selvadjian, jeune illustrateur plein d’avenir et de talent, j’ai rédigé un texte*.

Une expo pour dénoncer les méfaits du plastic

Un écrit au ton différent de celui qui est habituellement le mien, doté d’un titre (seul élément décalé d’un sujet qui donne plutôt envie de pleurer) nécessitant d’être, il est vrai, fan d’une comédie musicale  culte… et déjantée.

*Mai 2016 – « The Moby Horror Plastic Show » par Isabelle Camus

The Moby Horror Plastic Show
© Sevan Selvadjian

« On m’appelle Moby Dick. Ce nom, familier pour certains, je l’ai hérité d’un ancêtre lointain au destin célèbre dont la fin, semble t-il, restera pour toujours un mystère.

Comme mon aïeul, je suis un cétacé. Et comme lui, je suis un cachalot. Autrement dit une baleine à dents, ce qui me distingue de la baleine bleue, blanche, grise ou à bosse qui elle a des fanons. Mais qu’importe ! Tous les deux nous sommes des géants. Bien plus que les éléphants. Des géants dont l’univers sont la mer et l’océan.

Animaux de légende, mi-divins mi-monstrueux pour les hommes qui depuis toujours nous craignent, nous traquent et nous exploitent, nous vivons entre le ciel et l’eau que nous partageons avec les dauphins, les narvals, les requins ou les orques.

Plonger pendant plus d’une heure en apnée à 2 000 m de profondeur ne me fait pas peur et mes petits pèsent à la naissance déjà près d’une tonne.

De quoi effrayer ces mammifères comme j’en suis un aussi, ces êtres soit-disant pensants, qui, à l’évidence, pour compenser leur petitesse n’ont de cesse de détruire, de régenter, de saccager tout ce qui les entoure, à commencer par eux-même.

Je m’appelle Moby Dick et moi, l’héritier du grand cachalot blanc dont on fit une légende, je n’en ai plus pour longtemps. Affamé, affaibli, suffoquant, échoué sur une plage de la côte Atlantique, je suis en train de mourir… le ventre rempli de sacs plastique ».

The plastic nightmare
The Moby Horror Plastic Show.

Texte écrit par Isabelle Camus
Illustration : Sevan Selvadjian

Isabelle Camus aka Serial blogueuse est la fondatrice de Jugeote, de Chartrons’ place to be et de la Référence bio.

 

Licence Creative Commons

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

A propos de l'auteur

Isabelle Camus

Blogueuse en série, obsédée textuelle anglophile, bio, tea & bike addict, écolo geek & digital granny de la génération X. Lady gaga de chats, elle partage sa vie avec Clifton, son rouquin, câlin, taquin de félin.

Commentaires

Grazie mille pour ton commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

I Blog You

Serial Blogueuse Chartrons BordeauxIsabelle Camus (comme Albert) née un 13 juillet (comme Simone Veil). Blogueuse en série, obsédée textuelle 100% éclectique, le nez au vent, uniquement à vélo ou à pied, je me plie en quatre pour te faire découvrir Bordeaux (mais pas que) en mode Culture, Écologie, Quartiers et Cause des Femmes.
Pour en savoir davantage sur qui je suis, mes kiffs et mes coups de griffes, c’est par ici ☛…

La Référence BIO, mon autre site pro super bien, parce que…

La référence bio l'autre site de Serial blogueuse