Balade sur l'eau © Laura Van Puymbroeck
Jugeote

AHOY, un second souffle pour le quartier de Bacalan

Chers amis ! Je laisse aujourd’hui la plume à une amie, Nawal Daliaoui, rédactrice pour Happe:n, passionnée et curieuse du monde. Nous avons rendu visite au festival AHOY, qui s’est déroulé les 1 _ 2 _ 3 JUIN 2018
à BORDEAUX aux BASSINS À FLOT. Voici donc son expérience, illustrée de mes photos. Bonne lecture !

AHOY, un gros trip de musiques de plaisance

Il y a 5 ans de ça, on parlait de Bacalan avec des amis du lycée comme d’un quartier qui craignait. Comme quoi il ne fallait pas trop traîner dans ce coin le soir. Mais ces dernières années, ça a complètement changé, je dirais même qu’il y a eu gentrification. Maintenant j’y vais régulièrement, ça devient l’endroit où il faut être, tout particulièrement à l’occasion du festival AHOY, qui inaugure sa première édition !

Une manifestation qui va devenir immanquable, concoctée par l’IBOAT et l’association culturelleTRAFIC, qui l’ont imaginé dans la continuité du festival Hors Bord. Plus frais, plus développé, au sein d’un quartier en reconstruction qui emmène une nouvelle dynamique. 3 jours de festival, un temps magnifique (vous savez ce temps où il ne fait ni trop chaud, ni trop froid), une ambiance qui te donne l’impression d’être déjà en vacances et surtout, des artistes internationaux qui ont mis le feu. Je regrettais presque de ne pas être venue en maillot de bain, pour pouvoir poser devant l’affiche du festival.

On arrive en douceur vendredi, découvrant les lieux pour la première fois, et on se sent vraiment chez soi. Il n’est encore que 18h, et on assiste à un concert des The Buttertonnes à côté de la scène au bord de l’eau, un groupe de rock américain, fan des années 60. Un grand retour en arrière, mais du bon son pour se détendre et oublier sa journée de travail.

Le groupe The Buttertones © Laura Van Puymbroeck

On enchaine ensuite avec le groupe The Oblivians sous le chapiteau, alors là c’est du rock, mais ça a un goût de Gin tonic. C’est aussi bien parce qu’après une dure journée, j’ai franchement pris plaisir à me défouler sur la piste en agitant mon corps dans tous les sens.

Le site est super grand, donc je me suis aventurée vers le village éco-associatif, à côté de la base sous-marine. Au début, c’était un peu désert dans ce coin, mais ce petit moment de répis a fait du bien. Avant d’attaquer le concert de Rone à 22h, à la base sous-marine, je suis partie me ravitailler au Bag’in Bagel Food Truck d’un excellent Bagel au saumon et avocat !

Même pas eu le temps de flâner sur la plage de l’IBOAT avec leurs chaises longues hyper confortables, que je commençais déjà à danser en écoutant le groupe 10LEC6. Un groupe Afropunk avec une chanteuse qui transmet tellement d’énergie ! Leur musique, c’est simplement du bonheur qu’on est obligés d’exprimer en dansant.

21h30, il était temps de mettre les voiles. Faut-il vous préciser le périple que c’était de faire le tour du port, en passant par les pavés en direction de McDonald’s ? J’avais l’impression de vagabonder dans un camp de survivants, perdue sur une île, avec une radio qui captait uniquement une station 100% Reggae. Je croisais des fêtards qui faisaient leur petite soirée de leur côté, j’ai eu envie de les rejoindre en constatant que je n’étais qu’à la moitié du chemin, en direction de la musique électronique que j’entendais un peu plus loin.

Enfin arrivée, je découvrais le bar qui avait été aménagé dans la salle de concert. Ambiance super sympa, et qui nous préparait déjà à l’arrivée de Rone. Connaissant ce groupe grâce à leur titre Bye Bye Macadam, je m’attendais à ce qu’il y ait plus de monde dans le public, me disant qu’ils étaient très connus. La salle s’est finalement remplie, jusqu’à être complètement pleine.

Rone raisonne dans la Base Sous-Marine © Laura Van Puymbroeck

Tous dans le noir, on se laissait peu à peu porter par leur musique électrique. On ne voyait quasiment que leurs silhouettes, frustrant mais intriguant.

Après quelque temps, nous sommes retournés vers le site principal, espérant voir le groupe Otzeki que je ne connaissais pas avant ce soir-là, et quel dommage de l’avoir raté. La grande difficulté des festivals, c’est bien de ne pas pouvoir goûter à tout au même moment.

En tous cas, cette première édition aura été une grande réussite ! La communication était en béton : à peine réveillée le lendemain, qu’une vidéo résumant le 1er jour de festival était publiée sur les réseaux.

On espère franchement qu’il sera chaque année au rendez-vous, et surtout qu’il conquerra le coeur de nouveaux publics ! Voilà un festival accessible en terme de prix, de visibilité, et (faut-il vraiment le rappeler ?) de programmation. En attendant, on peut dire que les Bacalanais ont désormais des évènements à la hauteur de leur quartier.

Balade sur l’eau © Laura Van Puymbroeck

Pour finir, voici le témoignage d’Hanna, bénévole sur le site :

“Je m’appelle Hanna, je suis étudiante et j’étais bénévole pour le festival AHOY le 1, 2 et 3 juin 2018 organisé par l’Iboat et Trafic. Cette expérience de bénévolat était de loin la plus belle que j’ai pu vivre parmi celle que j’ai eue. Toute la semaine précédant le festival j’ai été sur l’équipe montage, l’ambiance était au rendez-vous, l’équipe nous a vraiment super bien accueillis, ils ont été aux petits soins. Des rencontres, des fous rires et BIM ! Un coup de coeur pour ce lieu atypique. Pendant le festival, j’ai été à l’accueil des artistes le vendredi et le samedi, j’ai pu vivre les coulisses du festival auprès de l’équipe de l’Iboat. Ils ont été incroyables ! Que des vibes positives, une team full motivée avec qui je me suis très bien entendue. Ces moments m’ont énormément apporté personnellement et j’ai aussi appris beaucoup de choses. L’humain était au premier plan et, malgré la fatigue des jours de montage, j’ai vécu un moment unique et magique ! J’étais très heureuse d’avoir participé à ce festival, de m’arrêter un peu, d’apprécier la vue, d’entendre les rires, la musique… La programmation m’a beaucoup plu, j’ai pu découvrir des artistes et j’ai adoré cette ambiance festive, l’équipe bénévoles ainsi que des organisateurs… Tout a été parfait. AHOY a été une véritable vague de bonheur, de légèreté et de bonne ambiance. J’ai hâte de la deuxième édition. La première, en tout cas, a fait chavirer mon petit cœur de marin d’eau douce.”

 

Nawal Daliaoui

 

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

I Blog You

ISABELLE CAMUS (comme ALBERT) née un 13 juillet (comme SIMONE VEIL). Blogueuse 100% bio, le nez au vent et toujours à vélo, je me plie en quatre pour vous faire découvrir Bordeaux en mode Culture, Écologie, Quartiers et Cause des Femmes.
Pour en savoir d’avantage sur qui je suis, mes kiffs et mes coups de griffes, c’est par ici ☛…

Mon autre site pro