Ovaires the rainbow

Balance Ton Quoi, le clip décalé et engagé d’Angèle qui met une claque au sexisme

Ce n’est pas parce que 35 ans nous séparent que ça m’empêche de l’écouter. Il y a peu, je parlais d’elle dans un article sur les dernières Victoires de la Musique que j’avais regardées, notamment, parce qu’elle y était.
Une cérémonie où, en short et en… doudoune, elle avait raflé 3 trophées. Et ce n’est pas moi qui aurait quelque chose à redire à ce tiercé gagnant, l’album Brol (Le désordre) fait partie de mes play lists depuis un bon moment. L’intelligence, la pertinence et l’audace dont fait preuve celle qui vient du même plat pays que Brel, pour évoquer des sujets comme la jalousie, l’argent, la malchance, la solitude ou encore un premier amour lesbien, m’épatent. Bref, j’adore Angèle !
Avec, même si chaque titre est une pépite à lui tout seul, un petit faible pour Balance ton quoi, dont le clip vient tout juste de sortir. Une vidéo décalée pour illustrer une chanson engagée qui manie l’humour et l’esprit  pour mieux tordre le cou au sexisme ordinaire. Un hymne féministe subtil, destiné à ceux qui ne le sont pas : les machos, les misogynes, les harceleurs de tous poils. Ceux justement dont il est question dans le dernier numéro de Télérama qui s’est fendu d’une enquête sur le sexisme dans la musique. Édifiant !

Une parfaite synchronicité que j’ai eu envie de traiter en même temps, comme une réponse de la bergère au berger. Une réponse inspirante pour les garçons comme pour les filles, les hommes comme les femmes qui, au-delà de la signature d’un manifeste (voir plus bas), demande de réinitialiser nos comportements. De faire un gros reset de nos mentalités. De voir les relations entre les sexes autrement. Et là, quand on lit l’enquête illustrée par Aline Bureau, on se dit qu’on n’a pas le cul sorti des ronces pour faire appliquer les mots RESPECT et PARITÉ ! C’est clair, le clip d’Angèle tombe à pic !

Un sexisme ambiant élevé au rang “d’art de vivre”

Ayant travaillé dans le milieu des produits culturels (HMV, FNAC) au rayon disque/vidéo, j’ai pendant des années fréquenté des professionnels de la musique et du cinéma. Bénéficiant visiblement d’un super karma, je n’ai jamais eu à affronter ce que j’ai lu dans l’enquête de mon programme TV préféré, chouchou des bobos, intellos ou cathos de gauche (voilà, ça c’est fait, comme ça, question étiquettes et clichés, y’a plus rien à dire).

Changez de Disque les Machos :

Tel est le titre de l’article sur 5 pages où défilent les nombreux témoignages de femmes et les faits affligeants d’un milieu au :

“sexisme ambiant totalement assumé, quand il n’est pas élevé au rang d’«art de vivre» par certains hommes – en position de pouvoir.”

Je prendrai pour exemple le 1er, celui de Juliette qui raconte :

“T’as les plus beaux seins de toute l’industrie, faut que je les touche.” Quand le type m’a dit ça, je lui ai tout de suite demandé d’arrêter mais il a continué : “Je veux coucher avec toi !” J’ai redit stop, c’était de pire en pire. Trois fois au moins, il a répété : “De toute façon, tu pues le sexe” »… ­Juliette raconte, encore sidérée. « Ça s’est passé l’été dernier, dans la loge de Charlotte Gainsbourg. Les gens discutaient par petits groupes, il a attendu que je sois seule pour m’aborder. Comme je ne m’en sortais pas, j’ai lancé des signaux de détresse à une copine qui s’est approchée et m’a prise par le bras. On a filé le plus vite possible. » L’homme dont elle parle est un important producteur de spectacles.

Et quand on lui demande pourquoi elle, professionnelle aguerrie qui n’a pas froid aux yeux, n’a pas davantage haussé le ton pour s’en débarrasser :

« Je ne voulais pas d’esclandre. Cela aurait été ­gênant, pour lui mais aussi pour moi. »

Changez de disque les machos
© Aline Bureau

Honte, peur de perdre son job ou de passer pour une rabat-joie, équation de la double peine du : “ne rien dire, c’est n’avoir rien subi, parler c’est s’exposer à la méfiance, au refus des autres de prendre partie, à l’indifférence ou au scepticisme”  suivi d’un ” avec moi il est sympa “, ou même difficulté à se défaire de plusieurs siècles de dépréciation et de domination masculine… les raisons sont multiples pour que ces comportements ne soient pas dénoncés.

Sachant, toujours pour citer Télérama, que :

“les hommes qui ne cèdent pas aux clichés de la masculinité peuvent, eux aussi, faire les frais de cette ambiance viriliste”. Et que “le climat d’impunité déborde de l’industrie musicale : plusieurs attachées de presse nous ont rapporté des comportements plus que douteux de la part de journalistes”.

Et bing ! Comme quoi, si on en doutait, quel que soit le secteur d’activité, le cerveau n’est pas toujours là où on pense qu’il est !

Je ne vais pas retranscrire tous les témoignages récoltés par l’auteure de l’article, Valérie Lehoux,  elle-même scotchée par leur nombre qui aurait pu être plus grand encore, si elle n’avait pas été limitée par la place.

Je conclurai, pour finir sur une note positive, en mentionnant que les choses bougent quand même. Qu’à la suite du phénomène #MeToo et #Balancetonporc la parole se libère et les mentalités évoluent.

La major Universal, suite au départ de son ancien PDG Pascal Nègre, le démontre, avec, pour la première fois, la nomination par Olivier Nusse, dès les premiers jours de sa présidence, d’une femme, Natacha Krantz, à la tête du label Mercury Records.

Il semblerait que les mâles, régis par leur taux de testostérone et maniant l’abus de pouvoir à l’aune de leur quéquette, aient du souci à se faire. Les femmes s’unissent, se rebellent et s’organisent. Un manifeste contre le sexisme dans la musique, le F.E.M.M (Femmes Engagées des Métiers de la Musique) appelant au changement des mentalités et des pratiques a été signé par plus de 1000 professionnelles du secteur dont : La Grande Sophie, Jeanne Cherhal, Clara Luciani, Juliette Armanet, Chris… à retrouver sur Télérama.fr.

J’ignore si Angèle envisage de rajouter son nom à ce manifeste. En tout cas son dernier clip en est un à lui tout seul. Et quand on voit le nombre de vues sur YouTube, on peut imaginer l’impact positif qu’il va avoir auprès des jeunes.

Angèle feat Pierre Niney, le temps d’une désopilante leçon de féminisme

Engagée pour l’égalité des sexes, Angèle l’est et ne s’en cache pas. C’est ainsi qu’elle a signé dans une tribune publiée le 7 mars 2019 par Le Monde et signée par plusieurs personnalités, une alerte lancée contre «l’analphabétisme sexuel» dans l’éducation de la jeunesse. Le collectif dénonçant la mauvaise représentation du clitoris dans la majorité des manuels scolaires. «C’est un enjeu d’égalité! Le sexe de la femme n’est ni tabou ni honteux!», peut-on lire dans ce texte.

Du coup, cohérente et fidèle à sa certitude que l’éducation est le fer de lance de l’évolution des moeurs, elle a créé dans son clip, une académie anti sexisme ouverte à tous, où les maitres mots sont empathie et communication.

L’occasion de voir apparaitre l’acteur Pierre Niney dans une scène super poilante où celui qui interpréta Yves Saint-Laurent s’interroge sur la notion de consentement.

Bon allez ! Je ne vais pas vous faire patienter plus longtemps ! Si vous ne faites pas partie des 8 618 161 (à l’heure où j’écris ces lignes) qui, en 6 jours, ont déjà vu le clip au scénario co-écrit avec la réalisatrice Charlotte Abramow et Ophélie Secq, enjoy !!!

C’est vraiment jouissif, décalé et très drôle ! Une manière efficace de faire changer de disque aux machos de la musique… et à tous les autres ! D’autant que, hasard du calendrier, c’est un 21 avril (jour de la rédaction de cet article) 1944 que les Françaises obtenaient le droit de vote.

Ovaires the rainbow* powa !

*J’en profite pour vous présentez le nouveau logo de la rubrique de ce site qui cause des femmes.

Signé Pauline Bayens, perso je le trouve très joli !  Et toi, tu en penses quoi ? Allez, Vas-y  ! Balance ton com’ !  😉
Balance to logo ovaires the rainbow

À propos de l'auteur

Isabelle Camus

Blogueuse en série, obsédée textuelle anglophile, bio, tea & bike addict, écolo geek & digital granny de la génération X. Lady gaga de chats, elle partage sa vie avec Clifton, son rouquin, câlin, taquin de félin.

Commentaires

Laisse un commentaire ! Le dieu des blogueuses en série te le rendra !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Le lien ne fonctionne pas vers le clip d’Angèle ! dommage pour celles qui ne l’on pas encore vu.
    Il est en effet super !
    En revanche, n’étant plus abonnée à Télérama impossible de l’ire l’article. Heureusement j’avais reçu le manifeste bien avant sa parution et ai pu le signer.
    Une travailleuse de la musique.

    • Merci pour l’info concernant le clip MJ Sallaber ! Je vais réinstaller la vidéo ! J’espère que tout ça va améliorer vos conditions de travail dans un secteur qui, s’il fait beaucoup rêver, a vraiment besoin d’évoluer ! Et merci de me suivre 🙂

I Blog You

Serial Blogueuse Chartrons BordeauxIsabelle Camus (comme Albert) née un 13 juillet (comme Simone Veil). Blogueuse en série éclectique, obsédée textuelle assumée, vélo reporter rébiolutionnaire, à la pointe de mon stylo, je me plie en quatre pour te faire découvrir Bordeaux (mais pas que) en mode Culture, Écologie, Quartiers, Cause des Femmes, V.I.P. aka Very Intéressantes Personnes et Animots.
Pour en savoir davantage sur qui je suis, mes kiffs et mes coups de griffes, c’est par ici ☛…

La Référence BIO, mon autre site pro super bien, parce que…

La référence bio l'autre site de Serial blogueuse