Patrick Watson au Rocher de Palmer le 27 février 2020
Jugeote

Patrick Watson, un troubadour mélancolique au Rocher de Palmer

Un retour  de Jugeote au goût de sirop d’érable sur le concert qu’a donné le canadien Patrick Watson au Rocher de Palmer , le jeudi 27 février 2020.

Avant de succomber aux balades vénéneuses du folkeux québécois, la première partie, comme un  contraste avec ce qui allait lui succéder, était assurée par la gracieuse Kyla Charter. Sourire enjôleur, voix de velours et bouquet printanier dans les cheveux, c’est seule à la guitare que la canadienne originaire de Toronto nous a offert un set nous rappelant les belles heures de Tracy Chapman ou d’Ani DiFranco, pour ne citer que quelques glorieuses aïeules.

S.O.S. d’un terrien en détresse

Après la chaleur solaire de Kyla Charter, vint le tour du saltimbanque canadien Patrick Watson, venu dans nos contrées gasconnes faire raisonner les notes de son sixième opus, le bien-nommé Wave. Et ces notes sont plutôt marquées par le sceau de la mélancolie, de la perte et du deuil. Wave, ce sont ces vagues d’amertume que d’aucun-e peut rencontrer dans les tourbillons de la vie.

Lorsqu’il a composé l’album, Patrick Watson venait d’affronter plusieurs épreuves personnelles, le décès de sa mère, le départ du groupe de son batteur et le divorce d’avec sa compagne. Rien que ça ! Pour autant, comme il l’explique dans Slate, il ne cherche pas à se victimiser. “Tout simplement «parce que ça n’a jamais été le casCertes, il y a eu des moments durs mais aussi énormément de moments incroyables. Je voulais surtout évoquer l’idée d’acceptation, les belles sensations que tu peux trouver quand tu laisses les choses se faire plutôt que de lutter contre elles. Je ne suis même pas sûr d’aimer écrire de la musique triste, c’est souvent trop facile. Pour moi, “Broken” est la seule chanson triste de l’album. Et dans ce cas précis, il se trouve que j’avais vu Thom Yorke en concert la veille, et c’était évidemment plutôt triste, mais j’étais dans le mood, et j’y ai vu toute la valeur. D’une certaine manière, ça m’a fait comprendre que ce n’est pas si grave d’écrire une fois de temps en temps une chanson vraiment triste.»

L’artiste tourmenté s’est donc servi de ce terrible terreau pour réaliser une oeuvre salvatrice. Et son sourire en arrivant dans la salle du Rocher montrait que les vagues de tristesse avaient laissé place à des vagues de bonne humeur. Entouré de sa troupe, il a distillé au public venu en masse ses complaintes entrecoupées d’anecdotes plus ou moins compréhensibles. Par moment, certains cousins tels que Bon Iver ou Sufjan Stevens se rappelaient à nous. Et des cieux, le regretté Jeff Buckley devait apprécier le spectacle qui nous était offert.

error1904

À propos de l'auteur

Tomas Mitty

Ajouter un commentaire

Laisse un commentaire ! Le dieu des blogueuses en série te le rendra !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

I Blog You

Isabelle Camus (comme Albert) née un 13 juillet (comme Simone Veil). Blogueuse en série éclectique, obsédée textuelle assumée, vélo reporter rébiolutionnaire, à la pointe de mon stylo, je me plie en quatre pour te faire découvrir Bordeaux (mais pas que) en mode Culture, Écologie, Vie de quartier, Cause des Femmes et Bien-être animal
Pour en savoir davantage sur qui je suis, mes kiffs et mes coups de griffes, c’est par ici ☛…

error

Alors, on est pas bien ensemble ? Allez ! Clique et follow me !